Abolition de postes et réorganisation à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)

 

Montréal, le 8 juin 2017


Monsieur Luc Fortin
Ministre de la Culture et des Communications, ministre responsable de la Protection et de
la Promotion de la langue française et ministre responsable de la région de l'Estrie
480, boul. Saint-Laurent, 7e étage
Montréal (Québec)
H2Y 3Y7


Objet : Abolition de postes et réorganisation à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)


Monsieur le Ministre,


La Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec (CBPQ) a pris connaissance des coupures annoncées à BAnQ. La CBPQ est un organisme professionnel fondé en 1969 et comptant près de 500 membres. Sa mission principale est de protéger le public et d’assurer le rayonnement de la profession de bibliothécaire. En ce sens, nous suivons de près les orientations que poursuit BAnQ ainsi que les compressions budgétaires qui la touchent.

Le 19 octobre 2016, vous avez déposé à l’Assemblée nationale la Déclaration des bibliothèques québécoises. Il y est stipulé qu’ « en fournissant le lieu, les ressources et le personnel apte à les soutenir, la bibliothèque permet à tous les individus, tout au long de leur vie et peu importe leur âge, leur statut social et leur provenance, de se former et de combler leurs besoins de connaissances, d’information et de perfectionnement. La bibliothèque est au coeur de la vie des gens. […] Les bibliothèques affichent un retour sur investissement significatif, et ce, sur les plans économique, éducatif, social, culturel et professionnel. La bibliothèque contribue à former des individus plus aptes à contribuer à l’essor de leurs communautés. »

Au nom de la CBPQ, je tiens à vous exprimer nos vives inquiétudes quant à certaines décisions qui affecteront bientôt les services et les ressources humaines de BAnQ. L’élimination de 5,42 % des postes fait craindre en sa capacité d’assurer un leadership provincial pour le développement et la mise en application des meilleures pratiques et standards en matière de traitement de l’information, de description, de préservation, de diffusion et de mise en valeur de la culture québécoise. La suspension de certaines des activités de numérisation aura également un impact au niveau de l’accessibilité des documents pour la population québécoise.

Dans un contexte où le Québec travaille sur le renouvellement de sa politique culturelle, je ne comprends pas que l’on ampute les budgets de fonctionnement d’une institution telle que BAnQ. Dans la dernière décennie, celle-ci a su se positionner en tant que plus importante bibliothèque de la Francophonie en terme de fréquentation. Il est primordial de lui donner les moyens de poursuivre sa mission, mais également de lui donner les moyens d’innover et d’être une figure de proue pour le Québec. Nous croyons fermement que le maintien d’une main d’oeuvre qualifiée à l’emploi de BAnQ est indispensable à la poursuite de sa mission.

Le rétablissement de la subvention de BAnQ, la présence suffisante en son sein de professionnels de l’information et une institution assumant pleinement son rôle de leader provincial constituent des mesures positives qui profiteront assurément aux Québécois d’aujourd’hui et de demain.

Nous espérons vivement que vous permettrez à BAnQ de développer de façon optimale les collections patrimoniales québécoises, leur préservation pour les générations futures et l’accès des collections à tous les Québécois.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments distingués.

 

Le président,

Guy GOSSELIN