CORPOCLIC est l'infolettre de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec. En consultant CORPOCLIC, vous êtes assurés de demeurer au courant de toutes les activités et toutes les interventions de la CBPQ!
Vous avez des difficultés à lire ce courriel ? Cliquez ici
corpoclic_logo

automne2014

Mot de la présidente

president(e)

Par Isabelle Pilon

En continuité, misons sur l’implication pour faire la différence

La CBPQ évolue avec ses membres et surtout grâce à la précieuse collaboration de ceux qui s’impliquent dans les divers comités. Beaucoup d’actions ont été ainsi entreprises par la CBPQ au cours des dernières années afin de valoriser la profession et aussi pour répondre à certains besoins identifiés par ses membres en matière de soutien et d’enrichissement professionnel. Nouvellement élue à la présidence de la CBPQ, c’est avec plaisir que je consacrerai temps et énergie à remettre à une profession qui m’a beaucoup apporté.

C’est en me fondant principalement sur les démarches amorcées au cours de la dernière année et particulièrement sur les résultats du sondage réalisé en juin dernier que je vous propose d'amorcer mon mandat.

Il est important de mettre en valeur les campagnes promotionnelles des trois dernières années. À titre de rappel, la CBPQ a fait du placement média, elle a réalisé la campagne promotionnelle « Qu’ont-ils en commun? » et elle vient de terminer la réalisation des capsules vidéo visant à promouvoir la valeur ajoutée du bibliothécaire en action dans son milieu. Pour éviter que ces efforts ne restent vains, il est primordial d'exploiter cet effort et de continuer à faire connaître et à positionner la profession sous tous ces aspects. Il revient également à chacun d’entre nous de promouvoir notre expertise dans nos milieux respectifs afin de mettre en valeur notre potentiel et notre plus-value.

Le sondage réalisé en juin dernier nous a permis de recueillir des informations précieuses sur notre offre de services, nos moyens de communication et sur vos attentes particulières en tant que membres.

On retient principalement que nous captons votre intérêt avec nos publications en lien avec votre réalité professionnelle. Les enjeux sont ici de poursuivre la réflexion sur la numérisation des numéros actuels d’Argus, puisque le rétrospectif sera en cours de réalisation en 2015, de repenser à son mode de diffusion (papier / virtuel), et d’assurer son tirage, améliorer la présentation visuelle du CorpoClic et vous faire découvrir et utiliser notre site web, puisque ce dernier reste très peu consulté.

On nous a également demandé de mieux refléter la diversité de vos milieux. Que ce soit par des groupes de discussions, des articles sur les divers enjeux, des visites, etc. Nous verrons en cours d’année comment ce besoin peut se traduire plus concrètement. En plus des données recueillies par le sondage, nous visons également à promouvoir davantage le programme de mentorat qui permet de jumeler des bibliothécaires de plus de 5 années d’expérience à de jeunes professionnels ou des étudiants de 2e année de maîtrise.

Nous désirons également mettre en place un programme de Transfert du savoir par lequel des bibliothécaires d’expérience pourront être jumelés à d’autres bibliothécaires gestionnaires ou ayant une expertise particulière. Ce nouveau type de jumelage est en lien direct avec la mise en application du Guide des compétences en gestion nouvellement publié et disponible sur notre site web.

Pour réaliser ces objectifs, nous avons besoin de collaborateurs pour mettre l’épaule à la roue dans différents comités. Que vous soyez étudiants à la maîtrise, nouvellement diplômés, professionnels, gestionnaires de tout type de milieux, vous êtes invités à vous joindre à nous pour participer activement à l’avancement de la profession. N’hésitez surtout pas à vous impliquer pour faire la différence.


Liens utiles

CBPQ
CMD
ARGUS
  Nouvelles de la CBPQ

      Nouvelle présidente et le conseil d’administration 2014-2015
      Lors de son assemblée générale tenue le 2 décembre 2014 les membres de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec ont élu à la présidence Madame Isabelle Pilon, directrice du réseau de bibliothèques, recherche et formation, (CAIJ).
      Les membres du nouveau Conseil d’administration sont :
      CA

    • Vice-présidente : Maureen Clapperton, directrice, Bibliothèque HEC Montréal.
    • Trésorier : Mohammed Harti, directeur, Bibliothèque des sciences, UQAM.
    • Secrétaire : Marco Caron, coordonnateur, Cégep André-Laurendeau.
    • Conseiller : Tristan Müller, directeur, direction de la numérisation, Bibliothèque et archives nationales du Québec.
    • Sophie April, bibliothécaire - responsable des services publics, Médiathèque maskoutaine.
    • Julie Gagnon, Radio-Canada.
    • Nicole Brind’Amour, bibliothécaire-webmestre, Centre de documentation, Ministère des transports du Québec.
    • Marie-Josée Daunais, chef de division, Ville de Laval.
    • Julia Shulyak, recherchiste, veille stratégique, McCarthy Tétrault.
    • Lynne Rajotte, bibliothécaire au primaire, Commission scolaire Seigneurie-des-Mille-îles.
    • Josée Saint-Marseille, directrice, Gestion de l'information, Agence spatiale canadienne.
    • Christine F.Smith, bibliothécaire, Bishop’s College School.

  • Réunion du nouveau Conseil
    C’est le 10 décembre 2014 que s’est tenue la 1ère rencontre du CA durant laquelle les administrateurs ont revu les divers dossiers en cours à la CBPQ.
    Capsules vidéo dans le cadre de la campagne de promotion de la profession : la première capsule intitulée : « Rendez-vous à l’hôpital, histoires d’une différence » a été inaugurée lors de l’assemblée générale.
    Elle a été suivie fin janvier de « Sur le terrain, histoires d’une différence»
    La troisième capsule suivra en février en ligne sur YouTube. #histoiresdunedifference

  • Guide de compétences en gestion

    Fruit du travail de Josée Saint-Marseille, présidente sortante de la CBPQ, en collaboration avec des membres du Conseil d’administration, ce document se veut un outil de référence et d’aide pour les professionnels et est consultable rubrique par rubrique.
    https://cbpq.qc.ca/guide-de-competences-en-gestion


  • Plusieurs occasions de bénévolat s’offrent aux membres de la CBPQ :

  • Revus Argus

    Les membres du Conseil remercient toute l’équipe de rédaction de la revue et souhaitent leurs meilleurs vœux à Marilyne Veilleux et Ethel Gamache qui quittent le comité. Les personnes intéressées à relever le défi de la réalisation de la revue, que ce soit par la sollicitation ou la relecture de textes, proposer des idées de thèmes d’intérêt, etc., sont invitées à écrire à : dg@cbpq.qc.ca
    Le comité cherche à refléter la diversité des champs de pratique et d’expérience dans sa composition.

  • Programme de formation 2015

    La programmation hivernale est disponible depuis fin 2014. Le comité est à la recherche de personnes intéressées à se joindre à lui pour travailler à l’élaboration de la programmation du printemps et automne 2015. Les membres du comité bénéficient d’une participation gratuite à une activité du programme. Envoyez un message d’intérêt à dg@cbpq.qc.ca


  • L’infolettre CorpoClic

    Est à la recherche d’un ou deux collaborateurs pour la rédaction de résumés de l’anglais au français.Adressez votre message à : dg@cbpq.qc.ca

  • CMD 2014

    Premier bilan rapide du congrès. Près de 1000 personnes ont pris part à la 6e rencontre annuelle avec une participation de 46 compagnies et organismes à l’exposition. Celle-ci a débuté à la soirée d’ouverture pour une 1ère fois, offrant ainsi aux délégués présents une seule journée la possibilité de bénéficier de la visite de l’exposition.
    Plusieurs nouveautés ont été proposées cette année à l’exposition, notamment une Agora qui proposait de courts ateliers pratiques, une foire aux produits de communication ainsi que des rencontres éclair avec divers professionnels. Une programmation riche de 49 ateliers et trois conférences des plus dynamiques avec Nathalie Bondil du MBAM, Guy Berthiaume de BAC et Mylène Paquette, la célèbre rameuse.

  Brèves

La nouvelle bibliothèque centrale de Halifax

Plus de 10 000 personnes ont visité la nouvelle bibliothèque de Halifax le jour de son inauguration, le 13 décembre 2014. 400 ciseaux ont été distribués aux gens présents pour couper le ruban. Ce nouvel édifice émerveille par sa conception innovatrice et unique au point de vue architectural et fonctionnel. La surface de 129 000 pi2 abrite une collection de livres plus grande que celle de la bibliothèque remplacée, ainsi que des salles de travail, des espaces technologiques et informatiques, des cafés et un auditorium avec une capacité de 300 spectateurs.
Le coût du projet s’élève à 57,6 millions de dollars, dont 18,3 millions de dollars investis par le gouvernement fédéral et 13 millions de dollars par le gouvernement de Nouvelle-Écosse. Le reste a été fourni par la municipalité et une campagne publique de financement. Le maire d’Halifax, Mike Savage, considère la bibliothèque comme « une déclaration positive et décisive » qui dévoile les aspirations de la ville. La nouvelle bibliothèque est facilement accessible; elle remplit les fonctions d’apprentissage et de loisir. Le design de la structure appartient à un architecte danois en partenariat avec la compagnie locale Fowler Bauld & Mitchell.

Source: ‘Halifax Central Library opens to the public’, CBC News, Nova-Scotia, 13 décembre 2014
http://www.cbc.ca/news/canada/nova-scotia/halifax-central-library-opens-to-the-public-1.2872107
Par Ekaterina Valkova

La bibliothèque Stanley Milner à Edmonton va se refaire une beauté

Le conseil municipal d’Edmonton a voté le budget pour la rénovation de la bibliothèque Stanley Milner du réseau des bibliothèques publiques d’Edmonton. Le conseil a octroyé la somme de 61,5 millions de dollars, à condition que 10 millions de dollars soient recueillis par le biais d’un collecte de fonds. La possibilité de campagne de financement a été préalablement étudiée et il a été estimé qu’il est tout à fait possible d’obtenir entre 7,5 millions de dollars et 10 millions de dollars. L’édifice de Stanley Milner aura 50 ans, et il n’a pas été rénové depuis sa construction, donc les standards de construction de 2006 ne sont pas respectés : les issues de secours sont trop étroites, des gicleurs ne sont pas installés.
Les coûts d’exploitation vont baisser de 200 000$ dollars par an si l’intérieur est rénové. 60% de la somme accordée sera utilisée pour les rénovations de l’intérieur et le développement du site. La bibliothèque va maintenir ses opérations durant les rénovations; l’ouverture est prévue pour l’hiver 2018.

Source: ‘Q and A: $61.5M makeover to turn Stanley Milner Library into ‘statement building’, Bill Mah, Edmonton Journal, le 10 décembre 2014
http://www.edmontonjournal.com/makeover+turn+Stanley+Milner+Library+into+statement+building/10458280/story.html
Par Ekaterina Valkova

Cinq idées de conception pour les bibliothèques de New York

Le nombre des bibliothèques dans cinq arrondissements de la ville de New York est de 207 : leur âge moyen est de 61 ans. Le coût de rénovation de tous ces beaux édifices historiques magnifiques est estimé à 1,1 milliard de dollars. La situation des bâtiments est critique. Pour énumérer certains des problèmes : la ventilation n’est pas bonne, la lumière est insuffisante, il y a des fuites d’eau, les systèmes de chauffage et de climatisation fonctionnent mal, la plupart des bibliothèques ne disposent pas de prises pour les portables, il manque d’espaces pour accueillir des évènements communautaires ou pour des programmes d’éducation permanente.
Une étude a été menée par Architectural League of New York et Center for Urban Future pour l’amélioration du réseau des bibliothèques de New York. Pour voir les concepts présentés:
http://www.citylab.com/design/2014/12/5-design-concepts-for-new-yorks-branch-library-of-the-future/383444/
Pour voir quelques vidéos :
http://www.reenvisioninglibraries.com/program

Source: ‘5 Design Concepts for New York's Branch Library of the Future’, Eric Jaffe, Citylab.
http://www.citylab.com/design/2014/12/5-design-concepts-for-new-yorks-branch-library-of-the-future/383444/
Ekaterina Valkova

Quartier du savoir à Londres

« Le quartier du savoir » (Knowledge Quarter) est un partenariat de 35 organisations académiques, cultuelles, scientifiques et de recherche, ainsi que des institutions opérant dans le domaine des médias qui existe depuis décembre 2014. Il a été créé afin de faciliter l’échange efficace des connaissances, pour identifier des opportunités de collaboration et pour soutenir la communauté locale en améliorant l’accès aux ressources et aux collections. Le Quartier couvre un territoire d’un radius de 1,5 km autour de King’s Cross, à Londres, Royaume-Uni. Il s’agit de la concentration des institutions du savoir la plus importante dans le monde. On y trouve des noms tels que The British Library, Google, The Wellcome Trust, Camden Council, The British Museum, University College London, The Royal College of Physicians, le journal The Guardian.
Le Quartier offre des ressources et de l’expertise portant sur les ouvrages les plus anciens jusqu’aux dernières découvertes dans le domaine de la médecine. Une des institutions qui va déménager dans ce quartier est l’Institut des sciences des données Alan Turing, nommé d’après le mathématicien anglais qui a résolu le code allemand Enigma durant la Seconde guerre mondiale et consacré aux enjeux du domaine très compétitif de la cueillette et l’analyse des « mégadonnées » (Big Data).

Source: ‘Alan Turing Institute for Data Science to be based at British Library’ de Caroline Davies, The Guardian, le 4 décembre 2014
http://www.theguardian.com/science/2014/dec/04/alan-turing-institute-big-data-knowledge-quarter-london
Par Ekaterina Valkova

Prêt des unités Wi-Fi dans les bibliothèques publiques de New York

Les citoyens de la ville de New York peuvent profiter d’un nouveau service : 10 000 unités (hubs) de Wi-Fi sont dorénavant disponibles dans les trois réseaux des bibliothèques publiques et peuvent être empruntés. Un don de 1 million de dollars de la part de Google aide à financer en partie ce programme qui est un PPP (partenariat public-privé). Le programme a obtenu un fonds initial de 500 000$ provenant de compagnies sans but lucratif. Le coût d’opération est estimé à 2,6 millions de dollars. Dans cinq arrondissements, l’initiative permettra la transformation de 6 000 cabines téléphoniques en « hot spots » sans fils stationnaires. Il est estimé que 2,5 millions de résidents de la ville de New York n’ont pas d’accès Internet à la maison, ce qui va assurer la popularité de cette initiative.
Les « hubs » fournis par la compagnie Sprint seront surtout offerts dans le cadre des programmes d’éducation permanente pour adultes, des cours d’anglais et aux abonnées qui ne disposent pas d’Internet à la maison. Dans le cadre du projet-pilote de ce programme, on a mis à l’essai 100 unités pour une période de six mois. Google a aussi subventionné des programmes similaires à Manhattan et en Californie. Un autre programme de la bibliothèque de New York maintient le virage technologique qui prévoit une offre encore plus grande de livres numériques.

Source: ‘New York Public Library Expands Free Wi-Fi Program’ de Mike Vilensky, Wall Street Journal, le 1 décembre 2014
http://www.wsj.com/articles/new-york-public-library-expands-free-wi-fi-program-1417489781
Par Ekaterina Valkova

Une boutique à la Bibliothèque de référence de Toronto

En décembre 2014, la Bibliothèque de référence de Toronto a accueilli dans son édifice une boutique appelée le TCAF pop-up shop qui vend des bandes dessinées, des romans graphiques et des produits dérivés, tout comme l’autre boutique du TCAF à Toronto, The Beguiling. Le profit des ventes va aller directement à la compagnie à but non-lucratif du festival de Toronto de bandes dessinées (Toronto Comic Arts Festival). Après les fêtes de fin d’année, la boutique va évoluer pour offrir une gamme plus variée de produits du festival en question. Quant à elle, la bibliothèque pense au développement et à la vente de ses propres produits publicitaires.

Source: ‘Comic book shop to open in Toronto Reference Library’, Natalia Manzocco, 2 décembre 2014
http://www.blogto.com/arts/2014/12/comic_book_shop_to_open_in_toronto_reference_library/

Par Ekaterina Valkova

Comment améliorer l’expérience utilisateur dans les bibliothèques

Les bibliothèques sont bien positionnées pour la cueillette des données. L’usage des mégadonnées a déjà été exploité, il est temps de porter attention à l’analyse de l’utilité des microdonnées (small data). Ce sont les données stockées sur une machine, par exemple un ordinateur, un portable ou un serveur. Ces données permettent de comprendre les habitudes des usagers, d’aider à la prise des décisions, de concevoir des nouveaux moyens de participation interactive, de collaborer dans des initiatives institutionnelles et par conséquent d’améliorer l’expérience utilisateur surtout dans les bibliothèques universitaires.
Des projets pour la compréhension du potentiel de ce type de données - données d’utilisation ainsi que des métadonnées bibliographiques - sont déjà mis en place : Library Impact Data Project, Library Cube, et Surfacing the Academic Long Tail sont les noms des trois projets dans Huddersfield, Wollongong (Autralie), et à l’université de Manchester. L’avenir des bibliothèques peut être défini par l’habileté de ces dernières à analyser et exploiter des données générées par les utilisateurs dans le but d’établir un lien durable entre utilisateurs et bibliothèques.

Source:‘Forget big data: using 'small data' to improve the library user experience’, Ben Showers, le 2 décembre 2014
http://www.cilip.org.uk/cilip/blog/forget-big-data-using-small-data-improve-library-user-experience
Par Ekaterina Valkova

Nouvelle mission pour les bibliothèques universitaires?

Les publications de type « accès ouvert » offrent un accès aux recherches publiées, tandis que l’accès traditionnel aux publications permet d’accéder au contenu après un abonnement. Il existe deux modèles de publications « accès ouvert » : « accès ouvert vert » (les auteurs soumettent leurs œuvres dans des dépositoires à accès libre), et « accès ouvert d’or » (service payant appelé Article Processing Fee (APC), qui exige un paiement avant la publication d’un article). L’accès ouvert d’or est subventionné par l’institution, par des subventions ou par des auteurs qui paient pour que leurs articles soient publiés.
Ce modèle a été sujet à des débats continus dans l’industrie de l’édition académique car on exige aussi des bibliothèques universitaires de contribuer avec des subventions APC. Cette dépense budgétaire peut être allouée au maintien des collections ou à d’autres programmes. Une étude, l’Open Access Library Survey, a démontré que 23% des bibliothèques participantes dans l’étude couvrent les coûts APC de leur propre budget et cela constitue une pratique très courante pour ces bibliothèques. Le temps va démontrer si cette tendance va résulter en un changement de mission des bibliothèques académiques.

Source: Are APCs changing the role of the scholarly library forever?’, Publishing Technology, le 24 novembre 2014
http://www.publishingtechnology.com/2014/11/are-apcs-changing-the-the-role-of-the-scholarly-library-forever/
Par Ekaterina Valkova

Conservation des documents à BAC

Bibliothèques et Archives Canada (BAC) a décidé de détruire un système de dépôt et de préservation des documents numériques, développé au coût de 15,4 millions de dollars pendant cinq ans. Cette décision a été prise en 2012, un an après le test et l’approbation du système. La raison : des coûts d’opération estimés trop élevés. Cependant, une vérification a démontré qu’il n’existe pas de documentation officielle pour la prise de décision. Des responsables du département d’archivage de BAC ont expliqué que l’institution a changé son approche et opté pour l’implémentation d’un système existant sur le marché qui sera cohérant avec le besoin émergeant de compatibilité des institutions gouvernementales.

Source: ‘Library and Archives Canada struggling with backlog of material’ Alex Boutilier, 25 novembre 2014
http://www.thestar.com/news/canada/2014/11/25/federal_library_struggling_with_backlog_key_records_poorly_filed_auditors_find.html
Par Ekaterina Valkova

Bibliothèque virtuelle dans le métro de Moscou

Le métro de Moscou augmente sa valeur culturelle en ouvrant une bibliothèque virtuelle qui va offrir de la littérature classique russe – plus de 100 livres de Pushkin, Chekov et Tolstoy sont dorénavant disponibles pour téléchargement gratuit sur les quais des stations. En balayant le code avec un téléphone intelligeant ou la tablette, l’usager peut feuilleter les rayons de la bibliothèque virtuelle. 2 490 millions de passagers utilisent le métro chaque année. Un projet similaire a été déjà mis en place sur 700 bus, tramways et trolleybus dans la capitale russe.
Pour l’instant, la bibliothèque est disponible à certaines stations en tant que projet-pilote, avant d’être lancée dans toutes les 195 stations. Les citoyens de la capitale russe sont habitués d’être exposés à des initiatives culturelles dans leur métro – un projet, il y a quelques années, d’installation de galleries miniatures d’art sur les trains de métro, par exemple. Le lancement de la bibliothèque virtuelle coïncide avec l’installation de wi-fi gratuit dans tous les trains à la fin de 2014.

Source: ‘Moscow metro opens virtual library of Russian classical literature’, Katie Davies, The Guardian, 3 novembre 2014
http://www.theguardian.com/world/2014/nov/03/sp-moscow-metro-russian-classical-literature
Par Ekaterina Valkova

La transformation de la bibliothèque Webster de l’Université Concordia

En janvier 2015, la bibliothèque Howard Webster de l’Université Concordia commence une transformation profonde. On repense les espaces physiques et l’environnement d’apprentissage afin de rapprocher la bibliothèque à l’image des « bibliothèques de la nouvelle génération ». On y propose ainsi des espaces pour un apprentissage collaboratif et actif, des espaces pour les étudiants où ils sont invités à prendre contrôle de leur apprentissage et où on retrouve des opportunités pour un apprentissage intensif. Ce projet fait partie du plan d’action de l’Université Concordia visant l’amélioration de la capacité de ses bibliothèques à soutenir les activités d’apprentissage et de recherche afin de fournir une base pour la vie intellectuelle dans Concordia ainsi que de maintenir une culture de recherche, d’innovation et d’apprentissage collaboratif.
La population de l’Université a triplé depuis l’ouverture de la bibliothèque Webster en 1992, et actuellement 2,2 millions d’étudiants visitent la bibliothèque chaque année. L’espace total des deux bibliothèques de Concordia – la bibliothèque Webster et la bibliothèque Vanier – est de 38% sous la norme, c’est à dire qu’il y manquerait 9,500 mètres carrés. La majorité du financement de ce projet provient du Gouvernement du Québec, mais la contribution des étudiants est aussi importante.

Source: Pour en savoir plus:
http://library.concordia.ca/webster-transformation/
Par Ekaterina Valkova

Comment diriger une bibliothèque académique

Des directeurs des bibliothèques académiques ont perdu leur emploi suite à des désaccords avec des administrateurs des départements au sujet des changements des bibliothèques. Les désaccords sont de nature différente : des points de vues divergents quant au financement, la prise de décisions, mais surtout comment les bibliothèques doivent changer pour mieux servir les étudiants et les professeurs. Les directeurs des bibliothèques estiment que la diminution des budgets est un grand défi qui est souvent la raison des mésententes. Les bibliothèques reçoivent moins de financement et cela accélère l’urgence de changement.
Le virage technologique et l’achat de documents numériques et d’abonnements pour des revues scientifiques en ligne sont des solutions qui permettent de dépenser moins du budget d’acquisition. Les directeurs des bibliothèques croient que le changement du format n’annule pas la nécessité de gestion du contenu. Il devient important d’avoir des employés qui sont des experts et peuvent réagir aux changements de l’environnement. L’avenir des bibliothèques académiques sera axé sur la capacité d’agir en tant que consultants et « coaches » qui vont enseigner la gestion de l’information et son usage efficace.

Source: ‘Clash in the Stacks’, Carl Straumsheim, le 10 décembre 2014
https://www.insidehighered.com/news/2014/12/10/rethinking-library-proves-divisive-topic-many-liberal-arts-institutions
Par Ekaterina Valkova

Le rapport annuel de la Canadian Library Association

Le mot clé dans le rapport annuel de 2014 de l’Association des bibliothèques canadiennes (Canadian Library Association – CLA) est « plaidoyer ». Tout au long de l’année, l’Association a mené un rôle très actif dans la promotion des bibliothèques canadiennes à travers le pays. Durant la Conférence nationale de la CLA, un atelier a été réalisé dans le but de démontrer et d’apprendre aux participants comment être des partisans actifs dans leur communauté. Pour souligner le Mois des bibliothèques canadiennes, CLA a envoyé aux membres du Parlement des paquets et une déclaration en demandant qu’elle soit signée. Aussi, des photos ont été prises et envoyées via les réseaux sociaux afin de sensibiliser le public. La CLA a initié un tour du sénateur Black qui a fait la publicité du prix d’excellence reçu par la nouvelle bibliothèque publique d’Edmonton.
CLA a publié un grand nombre de déclarations parmi lesquelles celles pour le financement des bibliothèques des centres de détention et les compressions budgétaires dans Statistiques Canada. CLA a surveillé la transition et les compressions budgétaires à Bibliothèque et Archive du Canda (BAC), tout en maintenant ses relations avec le nouveau directeur Dr. Berthiaume. CLA observe l’implémentation du plan d’action gouvernemental Open Government. Le comité des droits d’auteur du CLA a mené une discussion pour déterminer les priorités de l’Association dans ce volet, ainsi que son rôle et sa participation dans la campagne électorale gouvernementale. CLA maintient un dialogue avec le public par le biais des consultations et des sondages afin de promouvoir les valeurs des bibliothèques.

Source: ‘2014 Advocacy Review for the Canadian Library Association’, le 12 décembre 2014
https://www.cla.ca/AM/Template.cfm?Section=Home&CONTENTID=15971&TEMPLATE=/CM/ContentDisplay.cfm
Par Ekaterina Valkova

Les meilleures bibliothèques aux États-Unis

Pour une septième année consécutive, la revue Library Journal de l’ALA a publié les résultats de son sondage qui attribue des étoiles aux meilleures bibliothèques aux États-Unis. Depuis ses débuts en 2008, le classement des bibliothèques selon l’Index de Library Journal a aidé dans les processus de planification et d’évaluation des bibliothèques publiques à travers le pays. Cette année, l’Index reconnait non seulement le rendement mais aussi la performance. Ainsi, on a demandé aux directeurs des bibliothèques étoilées de partager leurs opinions par rapport aux mesures de la performance et comment analyser les résultats des mesures du rendement.
Le taux de rendement peut démontrer la qualité des services et des programmes offerts, mais un taux de performance élevé peut aussi témoigner de l’influence exercée sur la vie des usagers et de l’importance de la bibliothèque dans la communauté. Dans les deux évaluations, les données proviennent des deux sources différentes : pour le rendement, on prend en compte les données fournies par les bibliothèques, tandis que pour la performance, on se fie aux données fournies par les utilisateurs. Les états avec le nombre le plus élevé de bibliothèques étoilées sont : New York (36), l’Ohio (27), et l’Illinois (20).
Pour lire l’ensemble des données : http://lj.libraryjournal.com/2014/11/managing-libraries/lj-index/class-of-2014/americas-star-libraries-2014-top-rated-libraries/#_

Source: ‘America’s Star Libraries, 2014: Top-Rated Libraries’, Ray Lyons et Keith Curry Lance , Library Journal, le 3 novembre 2014
Par Ekaterina Valkova

Fermeture de la bibliothèque de l'IML: pas de progrès pour le projet de contestation

Jean-François Fortin, député de Haute-Gaspésie — La Mitis — Matane — Matapédia qui disait examiner les recours judiciaires possibles contre le gouvernement fédéral à la suite de la décision du Ministère des Pêches et Océans de fermer définitivement la bibliothèque de l'Institut Maurice-Lamontagne, a affirmé que le projet de contestation ne progressait pas. Les budgets permettant de contester des lois et des non-respects de la loi ont été coupés par le gouvernement fédéral, a-t-il expliqué.
La bibliothèque de l'institut Maurice-Lamontagne est la seule francophone de Pêches et Océans Canada. Son contenu sera transféré vers d'autres bibliothèques; l'Institut Océanographique de Bedford, en Nouvelle-Écosse, entre autres.

Source: Publié le lundi 15 décembre 2014
http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2014/12/15/003-bibliotheque-iml-projet-contestation-veilleuse.shtml
Par Richard Demers

Bibliothèque de l'IML : deux collections récupérées par l'ISMER

La collection de la Station biologique de l'Arctique de Sainte-Anne-de-Bellevue et la collection de la Station biologique de Trois-Pistoles seront récupérées par la bibliothèque de l'Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER), un centre de recherche affilié à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR).
Pascal Bérubé, le député de Matane— Matapédia, et Jean-Pierre Ouellet, le recteur de l'UQAR, ont convaincu Pêches et Océans Canada de leur céder ces collections historiques ayant une valeur patrimoniale.
La décision d'Ottawa de fermer 7 des 11 bibliothèques scientifiques du Canada dans le but de centraliser des bibliothèques de l'Atlantique dans des villes anglophones (Darmouth et Sydney) est idéologique selon monsieur Bérubé.

Source: Publié le mardi 21 octobre 2014
http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2014/10/21/004-bibliotheque-collection-iml-ismer.shtml
Par Richard Demers

Recommandations sur le livre numérique en bibliothèque (France)

Un document présentant les Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques a été présenté en France dans le cadre des Assises des bibliothèques. Ces recommandations (voir l'article en cliquant sur le lien) sont signées par Fleur Pellerin, Ministre de la Culture et de la Communication, différents représentants des organisations concernées et l'Association des Bibliothécaires de France. Cette dernière continue à militer pour une transposition européenne de la loi sur le droit de prêt adaptée au livre numérique. Lire la suite : Recommandations du ministère de la Culture pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques, Association des bibliothécaires de France, 09 décembre 2014.
http://www.abf.asso.fr/fichiers/file/ABF/prises_position/recommandations_diffusion_livre_numerique.pdf

Source: Publié le 11 Décembre 2014
http://www.enssib.fr/en/breves/2014/12/11/recommandations-sur-le-livre-numerique-en-bibliotheque
Par Richard Demers

De Marque s'invite dans les bibliothèques francophones belges par Pierre Moison

La société De Marque mettra sa plateforme Cantook Station à la disposition des bibliothèques publiques francophones belges. Avec la plateforme utilisée à Grenoble, on remarque bien les avancées de la société québécoise en Europe.

Source: Publié Le vendredi 5 décembre 2014
https://www.actualitte.com/bibliotheques/de-marque-s-invite-dans-les-bibliotheques-francophones-belges-54165.htm
Par Richard Demers

Le Congrès des milieux documentaires du Québec décerne le prix Innovation des services documentaires du Québec à la Bibliothèque Le Prévost, de la Ville de Montréal

La bibliothèque Le Prévost de la ville de Montréal s'est fait remettre le prix Innovation 2014 des services documentaires du Québec pour le développement d'une offre de services consacrée à la clientèle sourde et malentendante de son quartier. Le jury a apprécié l'aspect humain du projet qui révèle le rôle social, souvent méconnu, des bibliothèques.
Neuf projets de différents milieux documentaires avaient été soumis au jury sous la présidence de monsieur Stéphane Legault, bibliothécaire en chef à la ville de Boisbriand. Le prix Innovation, commandité par OCLC Canada, Amérique latine et Caraïbes, a été remis lors du dernier Congrès des milieux documentaires du Québec, en présence de la ministre de la Culture, madame Hélène David. Il souligne l'originalité et l'innovation d'une réalisation dans une bibliothèque ou un centre d'archives québécois.

Source: Publié le 1er décembre 2014

http://www.newswire.ca/fr/story/1456259/le-congres-des-milieux-documentaires-du-quebec-decerne-le-prix-innovation-des-services-documentaires-du-quebec-a-la-bibliotheque-le-prevost-de-la-vill

Par Par Richard Demers

Ouverture de la bibliothèque de Varennes le 19 décembre

Le maire de la ville de Varennes, Martin Damphousse, a offert un beau cadeau de Noël à ses citoyens. Le 19 décembre dernier, un parcours des deux étages de la nouvelle bibliothèque a été organisé afin de présenter les installations. La bibliothèque a reçu un Prix d'Excellence en immobilier, en avril 2014, avant même sa construction.

Source: Publié Le lundi 1 décembre 2014
http://www.fm1033.ca/tout-get-communiques/u11253-ouverture-bibliotheque-varennes-decembre
Par Richard Demers

Un nouveau pas dans la transformation des bibliothèques en librairies

Les éditions Simon & Schuster ont annoncé que leur programme eBook Library, qui permet à l'emprunteur d'un livre numérique de l'acheter en cliquant sur un bouton, est ouvert à tout son catalogue. Avant même sa mise en place, certains observateurs soulevaient l'idée que ce programme risquait de troubler la perception du public sur les bibliothèques rendant des services à la population et non aux entreprises lucratives.
Carolyn Reidy, PDG chez Simon & Schuster, affirmait que cette ouverture résultait de la réponse enthousiaste des bibliothèques envers le projet, le programme eBooK Library représentant une nouvelle source de revenus suite aux coupes budgétaires que connaissent ces établissements. On ignore, par contre, à combien se chiffreront ces nouveaux montants. Courtney Young, présidente de l'American Library Association, a rappelé que l'organisation souhaite la généralisation du projet correspondant aux objectifs communs des travailleurs du domaine du livre; la mise en relation des écrivains et des lecteurs. Les distributeurs des livres de Simon & Schuster sont 3M, Baker & Taylor et Overdrive. Selon le dernier rapport de Hadopi sur les pratiques culturelles des Français, 42 % des lecteurs d'un livre étaient susceptibles de l'acheter.

Source: Publié le vendredi 21 novembre 2014
https://www.actualitte.com/bibliotheques/un-nouveau-pas-dans-la-transformation-des-bibliotheques-en-librairies-53890.htm
Par Richard Demers

Dyslexie: recommandations pour les bibliothèques

Inspiré par les conférences sur le sujet lors de son dernier congrès, l'IFLA propose des recommandations pour les usagers dyslexiques via l'audio et le numérique. À lire : Les nouvelles "guidelines" de L’IFLA sur la dyslexie Marie-Noëlle Andissac, Accessibib ABF, 17 novembre 2014.

Source: Par Amandine JACQUET - Publié le 20 novembre 2014
http://www.enssib.fr/breves/2014/11/20/dyslexie-recommandation-pour-les-bibliotheques
Par Richard Demers

D'antiques wagons de train devenus bibliothèque contre l'illettrisme

Le Rothwell Center a dépensé 100 000 $ pour créer le Larry Paikin Literacy Express, une bibliothèque mise en place dans un train de 1954 pour lutter contre l'illettrisme dans la ville de Keith en Ontario. Directeur d'une entreprise de sidérurgie, Larry Paikin, qui a participé à la création de cette bibliothèque, expliquait que chaque enfant devait avoir la même chance dans l'éducation. À l'intérieur du train immobile et réaménagé pour offrir du chauffage et de l'électricité, des étagères contenant 1500 documents ont remplacé les sièges; on retrouve des tables dans la section première classe. Le lieu est géré principalement par des bénévoles. Les éditions Random House Canada ont contribué au projet en donnant plusieurs livres. Cette réalisation a débuté en août 2013 et son entretien coûterait entre 20 000 $ et 30 000 $.

Source: Publié Le mercredi 19 novembre 2014
https://www.actualitte.com/insolite/d-antiques-wagons-de-train-devenus-bibliotheque-contre-l-illettrisme-53859.htm
Par Richard Demers

Le maire de Montréal veut créer une bibliothèque Jacques-Languirand

À la suite d'une rencontre avec Jacques Languirand, ancien animateur de l'émission radiophonique Par quatre chemins en onde pendant 43 ans, le maire de Montréal Denis Coderre désire archiver tous ses documents avec la création d'une bibliothèque à son effigie. Il a affirmé que ce devoir de mémoire était essentiel, rappelant que les chaînes télévisées n'ont pas conservé les documents audiovisuels témoignant de la carrière de Gilles Latulippe ou d'Olivier Guimond. Une exposition sur Jacques Languirand serait projetée également.

Source: De Laurence Houde-Roy - Publié 19 novembre 2014
http://journalmetro.com/actualites/montreal/659702/le-maire-de-montreal-veut-creer-une-bibliotheque-jacques-languirand/
Par Richard Demers

La FCSQ souligne la contribution essentielle des professionnels de l'éducation

La Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) a profité de la Semaine des professionnelles et professionnels de l'éducation, du 17 au 21 novembre 2014, pour rendre hommage aux quelque 6500 employés professionnels des commissions scolaires, dont les bibliothécaires. Elle souligne leur contribution à la mise en place d'un environnement favorable à l'apprentissage et à la réussite des élèves et leur professionnalisme qui participe à la création d'un système public d'éducation de qualité.
Un premier Croque-livre voit le jour à Deux-Montagnes
https://www.cssmi.qc.ca/sites/default/files/nouvelles-pdf/sauve_croque-livres_vf.pdf
Le comité de parents de l'école Sauvé, de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, a inauguré, le 12 décembre dernier, le premier Croque-Livres à Deux-Montagnes. Il s'agit d'un point de chute où on prend, dépose ou échange un livre. Il est situé stratégiquement sur la rue Normandie, à même le terrain de l'école, pour qu'il soit accessible à toute la population locale. Il existe 65 Croques-livres au Québec depuis septembre dernier. L'objectif est de permettre aux jeunes de 0 à 12 ans d'avoir accès facilement à des livres et transmettre le plaisir de lire.

Source: LAROUCHE, Éric. Publié le vendredi 7 novembre 2014 à l'adresse suivante :
http://www.fcsq.qc.ca/galerie-de-presse/nouvelles/detail/?tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&tx_news_pi1%5Bnews%5D=911&cHash=673985285ce2ae76c710f0a5d149b3b
Par Richard Demers

Comment se portent les bibliothèques à Montréal?

En 2007, la Ville de Montréal a établi un plan stratégique sur dix ans pour développer son réseau de bibliothèques municipales. Les objectifs sont ambitieux et la Ville espère toujours atteindre les cibles d'ici 2017. On estime qu'il manque encore de 9 à 10 bibliothèques à la Ville. On souhaite rattraper ce retard en bâtissant de nouvelles constructions et en allant chercher les gens là où ils se trouvent. Plusieurs initiatives sont en cours pour rejoindre les citoyens loin de bibliothèques: par un projet de nouvelle construction (à l'ouest de Montréal-Nord et à l'est d'Ahuntsic-Cartierville), par les bibliobus, par des bibliothèques ambulantes qui, dans cinq arrondissements, rejoignent les jeunes de 14 ans et moins et par l'accès aux livres numériques.

Source: Par Victoria Zavialova - Publié dans le RBTH, le 27 août 2014
http://ici.radio-canada.ca/regions/Montreal/2014/11/07/006-etat-des-lieux-bibliotheques-municipales-livres-montreal.shtml
Par Lyne Rajotte

Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la lecture et de l'imagination

Neil Gaiman, auteur, scénariste et romancier anglais, a donné une conférence le 14 octobre 2013 au Barbican Centre de Londres à l'invitation de la Reading Agency. La conférence originale, t itrée Reading and Obligation, est traduite par Patrick Marcel à la maison d'édition Au Diable Vauvert et offerte gratuitement en version numérique via l'article de l'Actualitté : Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la lecture et de l'imagination: une conférence sur le devoir de chaque citoyen d'exercer son imagination et de pourvoir à ce que les autres exercent la leur.

Source: GARY, Nicolas. Publié le mardi 04 novembre 2014 à l'adresse suivante :
https://www.actualitte.com/societe/neil-gaiman-lecture-imagination-et-bibliotheque-notre-avenir-53582.htm
Par Lyne Rajotte

Les ebooks, liseuses et tablettes dans les bibliothèques américaines en 2014

Le Library Journal a mené une enquête auprès de 538 bibliothèques publiques américaines entre le 4 avril et le 2 juillet 2014 concernant l'usage du livre numérique. Les résultats sont publiés dans un document titré Ebook Usage in US Public Librairies - 2014. Il en ressort que les livres numériques sont entrés dans les produits de consommation courante aux États-Unis et que 95% des bibliothèques publiques ont aujourd’hui une offre en livres numériques. La moyenne du nombre de livres numériques a fortement augmenté entre 2010 et 2014 passant de 813 à 10 484 titres, les plus grosses bibliothèques offrant plus de 30 000 livres. La répartition de ce catalogue de livres numériques est assez différente de celle des livres imprimés. L’offre de livres numériques est en moyenne composée de 74% de romans et de 26% de titres « non-fiction ». En comparaison, le catalogue de livres papier est constitué de 57% de romans et de 43% de non-fiction.

Source: DANILEWSKY, Frédéric. Publié le mardi 04 novembre 2014 à l'adresse suivante : http://www.idboox.com/etudes/les-ebooks-liseuses-et-tablettes-dans-les-bibliotheques-us-en-2014/
Par Lyne Rajotte

Étude et repérages sur les interfaces documentaires innovantes

À l'adresse ci-dessus, vous trouverez en version PDF et EPUB le document publié par EnssibLab en avril 2014 « Étude et repérages sur les interfaces documentaires innovantes ». L'objectif de l'étude était de produire une typologie des interfaces documentaires innovantes qui traduise la nature de l'innovation et son degré d'expression : innovation technique, graphique, sociale, économique, politique et dans la gestion de la donnée elle-même.

Source:
http://www.enssib.fr/etude-et-reperages-sur-les-interfaces-documentaires-innovantes
Par Lyne Rajotte

Lancement du calendrier de la science au Québec

En octobre dernier, le premier répertoire collaboratif d'évènements scientifiques québécois fut lancé. Le Calendrier de la science, disponible à l'adresse suivante http://calendrierdelascience.com/ rassemble les activités de plus de 500 organismes en culture scientifique au Québec. Ce projet est le fruit d'une collaboration d'Espace-temps, de l'Acfas et Science pour tous, avec le soutien du Ministère de l'Économie, Innovation et Exportations.

Source: 14 octobre 2014
http://www.newswire.ca/fr/story/1427690/lancement-du-calendrier-de-la-science-au-quebec
Par Lyne Rajotte