CORPOCLIC est l'infolettre de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec. En consultant CORPOCLIC, vous êtes assurés de demeurer au courant de toutes les activités et toutes les interventions de la CBPQ!
Vous avez des difficultés à lire ce courriel ? Cliquez ici
corpoclic_logo

été2014

Mot de la présidente

president(e)

Par Josée Saint-Marseille,Présidente

La CBPQ de demain
Vous avez été plus de 215 personnes à répondre au récent sondage de la CBPQ. Nous vous en remercions sincèrement !
Au cours des prochaines semaines, nous analyserons les résultats obtenus. Ces derniers nous permettront par la suite de mieux positionner la CBPQ pour les années futures tout en améliorant son offre de services. Les prochaines lignes vous dévoilent quelques résultats préliminaires.
À la question portant sur les spécificités de la CBPQ, voici les énoncés qui ont obtenu les plus hauts pourcentages : pour 68 % des répondants, la CBPQ représente les bibliothécaires au Québec, pour 62 % elle fait rayonner la profession de bibliothécaire et pour 58 % elle défend les bibliothécaires. Les services offerts par la CBPQ qui sont les plus connus : les offres d’emploi, la revue Argus, le programme de formation, l’infolettre CorpoClic et le répertoire des membres.
Les services qui ont obtenu les plus hauts taux de satisfaction : les offres d’emploi, le programme de formation incluant les webinaires, le mentorat et les activités sociales. Parmi les avantages les plus importants à être membre de la CBPQ : la défense de la profession de bibliothécaire par des prises de position (68 %) et faire partie d’un grand réseau de professionnels (66 %). Pour 74 % des répondants, les deux dernières campagnes de promotion s’avèrent un bon début pour mieux faire connaître la diversité des emplois de la profession. D’autres résultats vous seront dévoilés dans les prochains numéros du CorpoClic.
À noter que plusieurs personnes nous ont formulé des commentaires ; soyez assurés que nous les lirons attentivement et nous tenterons de nous en inspirer dans la mesure du possible. Merci de participer avec nous à définir la CBPQ de demain.
Nous vous invitons d’ailleurs à participer au comité ad hoc qui travaillera sur ce dossier dès le début du mois de septembre. Faites-nous part de votre intérêt à participer aux discussions !
Je vous souhaite un très bel été !


Liens utiles

CBPQ
CMD
ARGUS
  Nouvelles de la CBPQ
Conseil d'administration

Lors de la dernière réunion du Conseil d’administration le 12 juin dernier, les membres du CA ont abordé les sujets suivants:

  • Campagne de promotion 2014
    Le 3e volet de la campagne de promotion de la profession : le comité a tenu plusieurs réunions de planification de la nouvelle mouture de la campagne qui portera sur des anecdotes marquantes d’usagers des services des bibliothécaires.
  • CMD 2014
    Rapport d’évolution : la programmation du contenu va bon train et le programme préliminaire sera publié vers la fin du mois de juin. Les conférenciers invités sont tous confirmés. Parmi eux : Mylène Paquette, célèbre rameuse, Nathalie Bondil du Musée des beaux-arts de Montréal, Guy Berthiaume de Bibliothèque et archives Canada et Amelia Showalter pour la campagne de réélection de Barack Obama.
    Des rencontres éclair avec des praticiens aguerris et les nouveaux professionnel, une foire aux outils et produits de communication et marketing produits par les milieux documentaires. Voilà autant de propositions intéressantes en plus d’une quarantaine d’ateliers.
  • Candidatures au CA 2014-2016
    Plusieurs membres du CA renouvellent leur mandat et les postes à combler reçoivent des candidatures.
  • Sondage sur la CBPQ de demain
    Un sondage a été distribué aux membres et anciens membres de la CBPQ afin de connaître leurs attentes envers la CBPQ. Les points saillants se retrouvent dans l’éditorial de la présidente.
  • Le numérique en milieu scolaire
    Une lettre a été envoyée au ministre de l’Éducation lui demandant de mettre fin à l’acquisition illégale de livres numériques en milieu scolaire et de mettre en place un comité de négociation.
    http://cbpq.qc.ca/sites/cbpq.qc.ca/files/nouvelles/ministre_de_leducation-_livres_numeriques_juin_2014.pdf"
    La journaliste du Devoir Lisa-Marie Gervais a publié ensuite un article sur le sujet en passant notamment en entrevue Lyne Rajotte, membre du CA et responsable du dossier numérique scolaire pour la CBPQ.
  • Activités sociales
    Christine Smith, membre du CA, a organisé le 12 juin une rencontre de réseautage 5 à 7 à Sherbrooke pour les professionnels de l’Estrie.
  • Dépôt du bilan financier de l’exercice 2014-2014
    L’exercice se termine par un léger surplus de 5000$ qui sera affecté au volet de la campagne de promotion.
  • Programme de formation - Automne 2014
    La programmation sera publiée au cours de l’été
Nominations

GC



Geneviève Cadieux a été nommée Chef de section – Bibliothèque à la Ville de Boucherville. Elle entrera en fonction le 21 juillet 2014.

Benoit Ferland, anciennement directeur de la conservation à BAnQ,est le nouveau directeur du Service des activités et des relations citoyennes regroupant les activités de la bibliothèque, des loisirs et services communautaires, des communications et des événements spéciaux à la Ville de Deux-Montagnes.

Danielle Chagnon est la nouvelle directrice de la conservation à BAnQ.

Madame Christiane Barbe sera la nouvelle présidente-directrice générale de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Elle entrera en fonction le 18 août prochain. Mme Barbe a été sous-ministre du MELS et est spécialiste en ressources humaines.

  Brèves

Les publications du CEFRIO

Le CEFRIO a publié un rapport intitulé "L'utilisation de tablettes numériques pour le transfert intergénérationnel des compétences" en février 2014. Disponible au lien suivant: http://www.cefrio.qc.ca/publications/gestion-connaissances/utilisation-tablettes-numeriques-transfert-competences/
Le CEFRIO présente le portrait de l'utilisation d'Internet et du commerce électronique pour l'ensemble du Québec et pour 16 régions administratives. Disponible au lien suivant: http://www.cefrio.qc.ca/blogue/numerique-et-territoires/portrait-regions-2013/ Le CEFRIO dévoile aujourd’hui les fiches « générations numériques » qui tracent un portrait détaillé des habitudes d’utilisation des technologies de l’information et des communications parmi les différentes générations d’internautes québécois. Disponible au lien suivant: http://www.cefrio.qc.ca/blogue/numerique-par-generation/numerique-cinq-generations-internautes/
Par Lyne Rajotte

Regards croisés sur les métiers des sciences de l'information: bibliothèques, archives, documentation, musées.

Ce livre se propose de réfléchir à la finalité des services quand la référence à la mémoire, au patrimoine, au livre, est supplantée par celle ayant trait au numérique, à la technologie et aux réseaux sociaux. À travers de nombreux exemples et témoignages, cet essai montre comment ces services s’enrichissent les uns les autres, se complètent, utilisent des méthodes de travail proches bien que différenciées et se transforment avec l’apparition de nouveaux profils métier.

Source: http://editionsklog.jimdo.com/catalogue/regards-crois%C3%A9s-sur-les-m%C3%A9tiers-des-sciences-de-l-information/
Par Lyne Rajotte

Montréal se dote d'un bureau de la Ville intelligente et numérique

Le nouveau Bureau de la Ville intelligente et numérique créé par la Ville de Montréal concevra une stratégie de ville intelligente et numérique au courant de l'année 2014. Cette entité vise à faire de Montréal un meneur en matière de ville intelligente et numérique sur la scène internationale. Le budget de fonctionnement s'élève à 0,4 million de dollars pour le reste de l'année et à 0,5 million pour l'an prochain.
À court terme, ce bureau œuvrera à la définition d'une stratégie articulée sur quatre axes:
- Collecte, valorisation, partage et archivage de données volumineuses en format ouvert;
- Amélioration de la communication;
- Coordination des services publics pour les infrastructures liées aux services municipaux;
- Collaboration
À moyen terme, le Bureau travaillera au développement de projets pilotes d'applications.
Source : Publié sur le site de Direction Informatique, le 26 mars 2014 par Jean-François Ferland
http://www.directioninformatique.com/montreal-se-dote-dun-bureau-de-la-ville-intelligente-et-numerique/25620
Par Lyne Rajotte

Nouveau plan pour rénover la bibliothèque de New York

La direction de la New York Library (NYL) a admis que les prévisions budgétaires du programme de remise à neuf de la librairie ont été largement sous-estimées. Le plan original s'élève à 150 millions de dollars et une expertise indépendante parle plutôt de 500 millions de dollars.
Anthony Marx, le président de la NYL, a insisté sur les effets positifs du programme de secours: réduire à terme les dépenses opérationnelles, ne pas convertir le centre de recherche en bibliothèque publique de prêt tout en s'assurant que 50% de celui-ci soit plus largement ouvert au public et que la bibliothèque réservée aux sciences soit malgré tout fermée.

Source : Actualitté du mardi 03 juin 2014, par Julien Helmlinger
http://www.actualitte.com/bibliotheques/bill-de-blasio-maire-de-la-big-apple-decide-de-retrousser-ses-manches-50518.htm
Par Lyne Rajotte

Canada: alliance entre DeMarque et les bibliothèques

DeMarque a annoncé qu’elle a scellé une alliance avec le Library Services Centre (LSC) pour lancer Cantook Station, une nouvelle solution de prêt numérique offerte aux bibliothèques publiques canadiennes. Cantook Station est un outil de gestion de prêts numériques ainsi qu'un catalogue contenant de nombreux titres d'éditeurs américains, canadiens et britanniques.

Source : Actualitté du mercredi 04 juin 2014, par Louis Mallié
http://www.actualitte.com/international/partenariat-entre-de-marque-et-le-library-service-center-50565.htm
Par Lyne Rajotte

Une bibliothèque au bilan énergétique nul

La nouvelle bibliothèque municipale de Varennes portera le titre de "nette zéro" puisqu'elle produira autant d'énergie qu'elle en consommera. Ce qui ne veut pas dire qu'elle sera entièrement autonome d'un point de vue énergétique: en hiver, la consommation sera supérieure à la production, mais durant les autres saisons, la bibliothèque retournera au réseau ce qui sera produit en trop, d'où le bilan de consommation nul.
La bibliothèque de 10 millions de dollars dont l'inauguration est prévue en août 2014 aura une consommation énergétique de 78,5% moindre que dans un bâtiment traditionnel de même dimension, ce qui représente une économie approximative de 60 000$ annuellement. La réduction des gaz à effet de serre oscillera autour de 302 tonnes. 428 panneaux solaires photovoltaïques installés sur le toit permettront de produire annuellement quelque 184 kWh par mètre carré. Un système géothermique doté de neuf puits réduira les frais de chauffage et de climatisation. En tout, la production énergétique annuelle du bâtiment devrait avoisiner les 120 000 kWh.
Source: La Presse.ca, du 28 mai 2014, par Stéphane Champagne
http://affaires.lapresse.ca/portfolio/energie-renouvelable/201405/28/01-4770514-une-bibliotheque-au-bilan-energetique-nul.php
Par Lyne Rajotte

Les petites bibliothèques communautaires arrivent à Alma

S'inspirant du mouvement international "Little Free Library", la ville d'Alma offrira à ses citoyens quatre petites bibliothèques communautaires sous forme de maisonnettes et fonctionnant sous le principe: rendre un livre, prendre un livre. Celles-ci sont l'œuvre de l'artiste Patrick Moisan de IQ l’Atelier et elles sont décorées par quatre organismes communautaires. Ces petites bibliothèques seront placées à l’extérieur, à proximité des lieux suivants: la Maison des Bâtisseurs, le Presbytère St-Sacrement, la Maison des familles La Cigogne et le Parc St-Pierre.

Source: Journal Le Lac-St-Jean du 07 mai 2014, par Francine Deschamps
http://www.lelacstjean.com/Culture/2014-05-07/article-3716905/Les-petites-bibliotheques-communautaires-arrivent-a-Alma/1
Par Lyne Rajotte

Instagram, véritable outil de communication pour les bibliothèques

Après Facebook et Twitter, des bibliothèques investissent désormais la plateforme Instagram qui offre la possibilité de partager des photos et des vidéos du quotidien ou d'événements marquants, en plus d'interagir avec les internautes.
Par exemple, la Public Library de New York veut fidéliser ses usagers en organisant des concours comme le choix d'un auteur préféré entre deux écrivains via le hashtag #LibraryMarchMadness; les œuvres du gagnant étant mises à l'honneur sur le réseau social. La bibliothèque de Boston, quant à elle, y a raconté son histoire en partageant des images d'archives de son architecture.
Ces nombreux filtres photo proposés par Instagram qui accentuent la beauté des clichés constituent un moyen de communication valorisant pour ces institutions.
Source: De Sharon Camara - publié le 2 juin 2014 par Archimag
http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2014/05/02/instagram-outil-communication-bibliotheques
Par Richard Demers

Royaume-Uni : La justice se mêle des fermetures de bibliothèques

Depuis avril 2012, 317 bibliothèques du Royaume-Uni ont fermé leurs portes à cause des coupes de 2 millions de livres sterling prévues dans les finances des établissements de prêts par le comité du comté de Lincolnshire. À la demande de Simon Draper, un résident, des avocats spécialistes en services publics se sont penchés sur la question.
Un juge a confirmé qu'un examen devrait se faire, les fermetures de nombreuses bibliothèques étant gênantes en regard du Public Libraries & Museums Act. Ce texte garantit un service public minimum en matière d'accès à la culture.
Monsieur Draper a remporté cette manche puisque le conseil a annoncé la suspension, pour l'instant, des fermetures de bibliothèque.
Les audiences ont eu lieu les 8 et 9 juillet derniers.

Source: publié le mardi 29 avril 2014 à 12 h 24 par ActuaLitté:
http://www.actualitte.com/bibliotheques/la-cour-supreme-britannique-va-donner-son-avis-sur-les-fermetures-de-bibliotheques-49825.htm
Par Richard Demers

Seulement 16 % des Rimouskois sont abonnés à la bibliothèque Lisette-Morin

Deux bibliothécaires, Suzie Pelletier et Marie-Hélène Charest, ont demandé au conseil municipal de Rimouski d'abolir les frais d'abonnement à la bibliothèque municipale Lisette-Morin afin d'en augmenter la fréquentation.
Les professionnelles ont expliqué que Rimouski se classe au dernier rang sur les 21 villes de même taille avec un taux de 16,3 % d'abonnés à la bibliothèque. Elles ont ajouté que les services de bibliothèque sont trop nécessaires à l'éducation, au développement et à la prospérité des individus et de la société pour les faire payer.
Parmi ces villes de 50 000 habitants et plus, seulement 3 ont des frais d'abonnement pour la bibliothèque

Source: Par Thérèse Martin - Publié le 28 avril 2014
http://www.lavantage.qc.ca/Actualites/2014-04-28/article-3705171/Seulement-16-%25-des-Rimouskois-sont-abonnes-a-la-bibliotheque-Lisette-Morin/1http://www.actualitte.com/bibliotheques/bibliotheques-s-eloigner-des-livres-pour-devenir-troisieme-lieu-48590.htm
Par Richard Demers

Les e-books dans les bibliothèques canadiennes

Le Conseil des bibliothèques urbaines du Canada (CULC/CBUC) a publié en ligne une nouvelle version de Ebooks en 2014 : Access and Licensing at Canadian public Librairies. Ce rapport présente un aperçu des différents modes d'accès aux documents électroniques dans les bibliothèques en soulignant la dimension économique de ce marché pour les éditeurs et les institutions.
Le Conseil des Bibliothèques Urbaines du Canada se porte à la défense de la lecture et la culture en intervenant dans les échanges entre les différents acteurs de la chaîne du livre.

Source: Par Danièle Fleury - Publié le 29 avril 2014
http://www.enssib.fr/breves/2014/04/29/les-e-books-dans-les-bibliotheques-canadiennes
Par Richard Demers

Aller à la bibliothèque rend riche et heureux...sauf les Britanniques

L'Étude quantitative et économique des impacts de la culture et du sport sur le bien-être, commandée par le gouvernement britannique, révélait qu'un abonnement gratuit à la bibliothèque représentait un bonheur équivalant à une hausse de salaire de 133 euros par mois.
Par contre, aucune donnée ne permet de lire un lien de cause à effet entre les activités identifiées dans le sondage et le bonheur. Pour cette raison, de nombreux Britanniques se sont demandé pourquoi le gouvernement a dépensé l'argent public pour une étude ne tirant aucune conclusion des résultats obtenus.
Des huit activités dont on fait mention dans le rapport, « aller à la bibliothèque » arrive en troisième place. 40 000 personnes ont répondu au sondage.

Source: Par Clémence Jost - Publié le 28 avril 2014
http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2014/04/28/aller-bibliotheque-heureux-sauf-britanniques
Par Richard Demers

22 avril 2014 : Ouverture officielle de l'Espace Imagine de la Bibliothèque publique d'Ottawa et de l'ambassade des États-Unis à Ottawa

La bibliothèque publique d'Ottawa et l'Ambassade des États-Unis ont annoncé l'inauguration de l'Espace Imagine, un coin américain, à la succursale Nepean Centrepointe de la bibliothèque.
Cet espace fournira un environnement propice à l'apprentissage des outils et de la technologie reliée à l'innovation : impression et modélisation 3D, tailleur laser, montage sonore, photo et vidéo... Il permettra de faire un lien entre design et changement social et économique, et d’enseigner l'alphabétisation digitale, l'artefact numérique et la création de médias numériques.

http://canada.usembassy.gov/news-events/2014-news-and-events/april-2014/22-april-2014-ottawa-public-library-and-u/22-avril-2014--ouverture-officielle-de-lespace-imagine-de-la-bibliothque-publique-dottawa-et-de-lambassade-des-tats-unis--ottawa.html
Par Richard Demers

Knowledge Unlatatched : Le savoir en libre accès

Les bibliothèques de l'UdeM participent au projet pilote Knowledge Unlatached qui propose en accès libre des publications universitaires. Elles se joignent ainsi à 300 bibliothèques de 24 pays, permettant au projet de dépasser la participation minimale prévue.
Les titres de la collection initiale sont accessibles dans Atrium ou la plateforme OAPEN.

Source: Publié le 16 avril 2014
http://www.bib.umontreal.ca/communiques/20140416-db-knowledge-unlatched.htm
Par Richard Demers

Un photographe saisit pendant 20 ans les différentes facettes de la bibliothèque publique américaine

Dans le cadre de la Semaine nationale de la bibliothèque, aux États-Unis, le photographe Robert Dawson publie The Public Library, un ouvrage rassemblant les photos de bibliothèques publiques qu'il a prises depuis 20 ans.
Accompagnés par des textes d'auteurs célèbres, ces clichés des bibliothèques représentées témoignent de leur diversité architecturale et celle de leur communauté. L'ouvrage constitue l'enquête photographique la plus complète jamais publiée.
Selon l'American Library Association, contrairement à ce qu'on peut croire, la bibliothèque publique est plus fréquentée que jamais étant donné qu'elle est une des rares institutions non religieuses et non commerciales.

Source: Par Clémence Jost - Publié le 14 avril 2014
http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2014/04/14/photo-diff%C3%A9rentes-facettes-bibliotheque-publique-am%C3%A9ricaine
Par Richard Demers

Des bibliothécaires désespérés détournent des couvertures de romans pour rire (jaune) de leur quotidien

Certains bibliothécaires américains qui ont du mal à supporter le bruit des usagers, les amendes impayées ou d'autres tracas qui compliquent leur quotidien, détournent des couvertures de romans populaires dans le but de se venger et de manifester un certain sens de l'humour.

Source: Par Clémence Jost - Publié le 11 avril 2014
Par Richard Demers

Bibliothèques et marketing : un tramway sillonne la ville pour apporter des livres et des ebooks gratuits aux habitants

La section Management et Marketing de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d'institutions a remis, pour sa 12e édition, le Prix international du marketing dans les bibliothèques au projet Library in the tram - The Tram to the Library. Ce projet a été créé par la bibliothèque municipale de Brno, 2e plus grande ville de la République tchèque.
En plus de retrouver des ouvrages répartis sur les sièges d'une rame de tramway, les passagers profitent de recommandations et d'extraits de livres. Des codes QR leur permettent de télécharger des livres numériques.
On peut suivre sur le site Internet de la société de transport le trajet de la rame bibliothèque dans les rues de la ville.

Source: Par Clémence Jost - Publié le 10 avril 2014 (mis à jour le 11 avril 2014)
http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2014/04/10/bibliotheque-marketing-tramway-livres-ebooks-gratuits
Par Richard Demers

Banq s'associe à l'Université de Sherbrooke pour faire avancer les connaissances sur la lecture à l'école et l'histoire du livre

Les 7 et 8 mai derniers, le colloque international Les temps et les lieux de la lecture se déroulait à l'Université de Sherbrooke. Organisé par le Collectif de recherche sur la continuité des apprentissages en lecture et en écriture (Collectif CLÉ) avec entre autres la BAnQ, ce colloque rassemblait des spécialistes d'une dizaine de pays sur les questions d'enseignement de la lecture et de la littérature, de la maternelle à l'université.
S'adressant à des chercheurs, des formateurs, des enseignants et des bibliothécaires, ces rencontres les invitaient à porter attention aux pratiques professionnelles exercées dans les milieux d'enseignements afin que les élèves puissent « entrer dans les temps et les lieux de la lecture ».
De plus, BAnQ et l'Université de Sherbrooke ont organisé la journée d'étude Les archives, le livre et la vie littéraire, le 16 mai dernier, dans le cadre de la série Point de vue sur le livre à laquelle collabore l'EBSI.

Source: Portail Québec - Communiqué diffusé le jeudi 1er mai 2014
http://www.fil-information.gouv.qc.ca/Pages/Article.aspx?aiguillage=ajd&type=1&idArticle=2204305884
Par Richard Demers

Des livres numériques piratés dans les écoles

Depuis l'implantation des tableaux numériques interactifs par les libéraux, il y a trois ans, des livres numériques sont acquis et diffusés sans licence d'utilisation dans les écoles primaires et secondaires.
Selon les lois en vigueur, il est interdit aux établissements scolaires d'acheter des livres numériques. Des enseignants se les procureraient avec leurs cartes de crédit personnelles pour se faire rembourser par l'école afin de régulariser la situation. Malheureusement, il n'en est rien. L'enseignant reste responsable de l'achat. Des livres sont piratés en toute bonne foi.
Avec une entente négociée, expliquait Lyne Rajotte, bibliothécaire en milieu scolaire, le livre serait acheté au nom de l'école qui se ferait remettre une facture institutionnelle et une inscription en filigrane sur le PDF pour les droits de diffusion.
La CBPQ a fait parvenir une lettre au ministre de l'Éducation jugeant regrettable qu'aucune négociation avec les éditeurs de livres jeunesse ne soit entreprise. Elle réclame une entente négociée.
Katherine Fafard, directrice générale de l'Association des librairies du Québec, déplore que beaucoup d'argent du budget des acquisitions des écoles passe sous le nez des librairies agréées. Elle cite en exemple une école qui dépense 12 000 $ de fonds publics sur le site américain Overdrive.

Source: De Lisa-Marie Gervais - Publié dans Le Devoir le 11 juin 2014

http://www.ledevoir.com/societe/education/410636/des-livres-numeriques-pirates-dans-des-ecoles

Par Par Richard Demers

L’école des sciences de l’information de l’université McGill repense son programme de maîtrise

Le programme de maîtrise offert par l’université McGill, et intitulé MLIS (Master of Library & Information Studies) va subir des transformations pour devenir MISt (Master of Information Studies). L’université tente de suivre les tendances et de former des professionnels de l’information dans un sens large, d’offrir plus de flexibilité pour la sélection des domaines de spécialisation, d’intégrer l’enseignement des technologies de l’information, la gestion, et les habiletés de recherche dans ses cours de deuxième cycle. En 2004, l’École a introduit le programme MLIS et ses trois spécialisations (Archivistique, Bibliothéconomie et Gestion des connaissances) afin de répondre aux besoins, pour accroître les opportunités d’embauche des finissants, et pour reconnaitre les nouveaux développements dans le domaine. En 2010, il était de nouveau nécessaire de repenser le programme, ce qui résulte en ce programme MISt, qui sera offert dorénavant. Une nouvelle spécialisation – celle de Technologies d’information et de communication – s’ajoute aux trois spécialisations existantes. L’option de s’inscrire pour mener et compléter un projet de recherche sera également disponible. Pour plus de renseignements, visitez le site web: http://www.mcgill.ca/sis/programs/mist

Source: McGill School of Information Studies News - le 1 avril 2014
http://news.sis.mcgill.ca/2014/04/01/new-mist-program/
Par Ekaterina Valkova

Données altmétriques – avantages et désavantages

Les données altmétriques, c’est le nom des données compilées de l’usage, des recommandations, du partage, et de la réutilisation d’un document commun qui est identifié par son URL, DOI ou autre ID : lorsque vous téléchargez un document sur Mendeley, le mettez sur Tweeter, le décrivez dans un billet de blogue, ou l’utilisez comme référence, vous créez des données altmétriques. Les données différentes ont des caractéristiques différentes : l’intention d’une personne qui twitte une référence pour un document diffère de l’intention de quelqu’un qui envoie un document sur Mendeley, ou bien qui télécharge une série de données de Dryad – toutes ces données sont des données altmétriques, mais de types différents. Il n’est pas possible d’appliquer d’algorithme aux données altmétiques ni de les exprimer d’une façon uniforme. Il vaut mieux, selon Elsevier, rassembler des types d’activités – associées aux médias sociaux, aux activités académiques, à la réutilisation, car cela représente plus précisément des comportements et des intentions similaires. Il est pourtant possible de manipuler les chiffres tout comme dans le passé avec Impact Factors dans l’environnement académique. Bien que la communauté des bibliothécaires et des éditeurs prenne la fraude au sérieux, il est difficile de surveiller ces activités frauduleuses. Afin de faire un usage consciencieux des données altmétriques, il est possible d’utiliser des applications comme ImpactStory ou créer des liens avec des entités corporatives comme Plum Analytics et Altmetric.com.

Source: ‘Altmetrics tell a story, but can you read it?’, Mike Taylor, Elsevier Labs, ‘Library Connect’, le 27 mai 2014
http://libraryconnect.elsevier.com/articles/2014-05/altmetrics-tell-story-can-you-read-it
Par Ekaterina Valkova

L’état du marché de livres au Royaume-Uni

L’avenir des livres numériques au Royaume-Uni est très prometteur selon un rapport. On prévoit que les ventes des livres électroniques (excluant les publications professionnelles et académiques) tripleront d’ici 2018, passant de 380 millions de livres sterling à 1 milliard. Pour la même période, la vente des livres imprimés chutera à 912 millions de livres sterling car les habitudes de lecture des Britanniques ont changé depuis l’apparition des lecteurs électroniques. Les prévisions sont que 50% de la population sera propriétaire d’un iPad, Kindle ou autre tablette d’ici quatre ans. Cet essor des livres numériques peut être appelé « l’âge d’or de la lecture » au Royaume-Uni où les nouveautés sont achetées surtout en format numérique. Le nouveau modèle de consommation se caractérise par le désir de passer sa commande avant la publication, ainsi la vente des livres numériques est élevée particulièrement les premières semaines après publication. Ce changement dans les habitudes des consommateurs, et l’expansion d’Amazon et Kindle font que les intervenants dans le cycle du livre doivent être créatifs pour trouver des nouvelles sources de revenus. La fermeture des librairies force des auteurs à s’embarquer dans des tournées de style rock pour la promotion de leurs livres, par exemple la nouvelle méga maison d’édition Penguin Random House a vendu 10 000 billets pour la tournée de l’auteure et journaliste Caitlin Moran. Cette maison d’édition va aussi offrir des jouets, des chocolats et un dessin animé avec le personnage bien-aimé Pierre Lapin. D’autres maisons d’édition cherchent à se diversifier en offrant de nouveaux formats combinant des livres, films et jeux vidéo dans un genre narratif qui transforme le lecteur en personnage principal.
Source: ‘Ebooks on course to outsell printed editions in UK by 2018’, ‘The Guardian’ 4 juin 2014 ‘Altmetrics tell a story, but can you read it?’, Mike Taylor, Elsevier Labs, ‘Library Connect’, le 27 mai 2014
http://www.theguardian.com/books/2014/jun/04/ebooks-outsell-printed-editions-books-2018

Par Ekaterina Valkova

Les meilleurs clubs de lecture d’été TD en 2013

Depuis 2007, le Prix du Club de lecture d’été TD est décerné au programme estival pour les jeunes le plus innovateur et efficace dans les bibliothèques publiques à travers le Canada. Le programme « Club de lecture d’été TD » est une initiative conjointe de la banque TD, de Bibliothèques et Archives Canada (BAC) et de la bibliothèque publique de Toronto. Les gagnants en 2013 sont la bibliothèque publique de Westmount (Westmount, QC) – qui remporte le prix dans la catégorie « English », et la bibliothèque Robert-Bourassa (Outremont, QC) – pour la catégorie « French ». Les employés de la bibliothèque de Westmount et des bénévoles ont investi des efforts pour mettre sur pied un programme créatif qui inclut des pratiques d’alphabétisation, ce qui a résulté en statistiques solides et en des commentaires positifs de la part des participants et leurs parents. La bibliothèque Robert-Bourassa a elle aussi engagé la communauté et a créé un rapport visuel « Le Tour de défi de lecture » de la lecture effectuée par les enfants en été.

Source: ‘Library and Archives Canada and TD Summer Reading Club Announce 2013 Library Award Winners’, 3 juin 2014, Gatineau, Que. – Library and Archives Canada (LAC)
http://news.gc.ca/web/article-en.do?nid=853269
Par Ekaterina Valkova

Projet innovateur à la bibliothèque publique de Denver

Voici un projet original qui permet à la bibliothèque de rester pertinente en répondant aux besoins de la communauté et qui tente de rejoindre un segment de la clientèle qui utilise peu la bibliothèque publique – les adolescents. Le projet «Volume Denver » de la bibliothèque publique de Denver (États-Unis) sera lancé cet été. Des employés de la bibliothèque et des bénévoles de la communauté vont évaluer (à l’aide d’une échelle de cinq points) des enregistrements remis par des musiciens débutants locaux afin de lancer une première sélection des œuvres musicales pour diffusion en mode continu à partir du site web de la bibliothèque. Tout membre de la bibliothèque aura accès à cette sélection et aura la liberté d’en faire l’usage de son propre gré, car la musique n’est pas sujet des droits d’auteur DRM. Une nouvelle sélection sera rajoutée quatre fois par an et restera sur le site web pour deux ans. Des liens vers les sites web des musiciens, leurs pages Facebook et des biographies font partie du site web. Ce projet reprend un projet de musique semblable de la bibliothèque de la ville d’Iowa.

Source:‘Volume Denver at Denver Public Library’, Casey Lansinger, 3 juin 2014
http://www.libraryasincubatorproject.org/?p=14337
Par Ekaterina Valkova

Des nouveaux standards pour les bibliothèques scolaires canadiennes

Un rapport intitulé « Espaces d’apprentissage: Des standards pour les bibliothèques scolaires au Canada, 2014 » décrit le modèle pour le développement et la transformation des bibliothèques scolaires en espaces d’apprentissage tout en fournissant aux enseignants un ensemble de pratiques communes et standardisées. La présidente de la CLA (Canadian Libraries Association) reconnaît cette publication comme un outil indispensable pour les écoles canadiennes. L’impact des nouvelles technologies et l’explosion de l’information numérique exigent une adaptation aux réalités du 21e siècle, d’où l’importance d’une nouvelle approche de soutien à l’acquisition des connaissances. Les bibliothèques scolaires sont évaluées par les changements transformatifs qu’elles amènent à l’apprentissage. Le rapport permet de percevoir les espaces d’apprentissage comme des centres d’expertise en enseignement qui mettent en place une panoplie de ressources, des technologies, des stratégies collaboratives, des espaces physiques et virtuels qui accompagnent les apprenants dans l’acquisition de connaissances. La publication offre une vision et des lignes directrices pour tous ceux engagés dans la création et la transformation des bibliothèques scolaires canadiennes du 21e siècle. Le rapport est un exemple de partenariat en action: des comités régionaux, des associations des bibliothécaires scolaires, des individus et des petits groups ont participé à son élaboration.

Source: ‘New Report: “Leading Learning: Standards of Practice for School Library Learning Commons in Canada, 2014″’; Gary Price, 2 juin 2014
http://www.infodocket.com/2014/06/02/new-report-leading-learning-standards-of-practice-for-school-library-learning-commons-in-canada-2014/
Par Ekaterina Valkova

Les bibliothèques publiques, plus dynamiques que jamais

Les bibliothèques ont toujours été des plaques tournantes de la connaissance. L’époque où elles étaient de simples entrepôts de livres et où le silence était de mise est révolue.
Un bon exemple de ce virage est la Brantford Public Library où on offre l’accès à une imprimante 3D, un « makers’ space » dans lequel les usagers peuvent accomplir des projets ainsi qu’un kiosque d’information où les bibliothécaires fournissent un support technologique. On parle ici d’augmenter la littératie numérique des citoyens.
L’un des mandats principaux des bibliothèques a toujours été l’apprentissage. Celui-ci peut-être fait à l’aide de livres, mais il peut aussi être fait en collaboration. Cette transformation se produit à l’échelle du pays, pendant que plusieurs communautés se demandent ce qu’elles vont faire avec les bâtiments vieillissants qui abritent les bibliothèques.
En raison de coupures massives, les bibliothèques ont eu à faire preuve de créativité en matière de levées de fonds et en établissant des partenariats solides au sein de la communauté.
La bibliothèque centrale de Halifax, qui a coûté 57,6 millions de dollars, ouvrira ses portes cet automne. Des subventions des trois paliers gouvernementaux ont été octroyées pour ce projet. Cette bibliothèque abritera deux studios de musique, deux cafés, deux centres de jeux ainsi qu’un auditorium de 300 places. Une consultation publique a été faite afin de bien saisir ce que les citoyens désiraient.
La collection de livres sera également doublée. Malgré tous ces changements technologiques, les bibliothécaires s’entendent tous pour dire qu’il y aura toujours une place pour les livres.

Source: http://www.torontosun.com/2014/05/29/no-more-silence-in-the-library
Par Elisabeth Lemyre

Bibliothèques scolaires: en voie de disparition? - (La source n’était pas indiquée dans les textes reçus)

De nombreuses coupures ont eu lieu dans le milieu des bibliothèques scolaires. Celles-ci dépendent des budgets attribués aux écoles, qui dépendent aussi du financement provincial pour l’éducation. Lorsque des coupures doivent avoir lieu, on cible tout d’abord les bibliothèques.
Depuis 2013, 56% des écoles primaires de l’Ontario bénéficiaient des services d’un bibliothécaire scolaire. En 1997, c’était 80% des bibliothèques scolaires qui en avaient un. 11% des bibliothèques scolaires n’ont même aucun employé selon l’Ontario Library Association.
La Colombie-Britannique, quant à elle, a vu une baisse de 35% entre 2001 et 2010 par rapport au nombre de bibliothécaires scolaires. La Nouvelle-Écosse n’emploie plus de bibliothécaires scolaires tandis que le Nouveau-Brunswick en a seulement trois à son emploi.
« Cette lutte que mènent les bibliothèques scolaires au Canada afin de trouver du financement et de justifier leur présence dans les écoles est une préoccupation que nous partageons au sein de notre communauté de bibliothèques.», dit Marie DeYoung, présidente de la Canadian Library Association.
Par Elisabeth Lemyre

Une bibliothèque autochtone unique à Saanich au Canada

Bruce Parisian songeait depuis des années à créer une bibliothèque autochtone au Victoria Native Friendship Centre.
Le centre tentait de trouver des moyens pour rejoindre la communauté et pour répondre à ses besoins. L’une des visées du projet était de rejoindre les jeunes par l’enseignement.
C’est avec l’aide de nombreux bénévoles ainsi que de partenaires locaux que la bibliothèque a pu être construite. C’est la première bibliothèque ouverte dans un centre de l’amitié au Canada. Les centres de l’amitié ont vu le jour dans les années 50 et servaient de point de rencontre pour les citoyens autochtones. Le centre situé à Victoria permet de diffuser la culture et offre également des programmes communautaires ainsi qu’une garderie.
La collection abrite 1500 titres autochtones (fiction, art, langues, histoire, spiritualité et livres pour enfants) et 900 titres d’intérêt général. Ceux-ci sont disponibles à tous grâce à un abonnement au coût de 1$ qui permet d’emprunter pour trois semaines un maximum de trois livres.
L’Université de Victoria a aidé à cataloguer ces livres et a fourni un catalogue en ligne. La Greater Victoria Public Library a donné des meubles et a aussi fourni un support.
Avec la création de cette bibliothèque, on espère que les gens qui la fréquentent auront une meilleure compréhension des peuples autochtones ainsi que de leurs accomplissements.

Source: http://www.timescolonist.com/sports/saanich-aboriginal-library-first-of-its-kind-in-canada-1.1077787
Par Elisabeth Lemyre

Un avant-goût du livre The Librarian Stereotype

ACRL offre un avant-goût du livre The Librarian Stereotype: Deconstructing Presentations and Perceptions of Information Work. Par Nicole Pagowsky et Miriam Rigby, The Librarian Stereotype détaille la grande variété des caractéristiques reliées à la perception des bibliothécaires ainsi que de la façon dont ils sont perçus dans la société.
L’avant-propos et le premier chapitre sont disponibles sur le site Internet de l’ACRL. Le livre sera publié à la fin du mois de juin 2014

Source: http://www.acrl.ala.org/acrlinsider/archives/8818
Par Elisabeth Lemyre

La bibliothèque publique de Toronto lance une nouvelle carte renfermant les coins littéraires populaires

Il y a une toute nouvelle façon de naviguer à travers les rayonnages de la bibliothèque publique de Toronto. En effet, une nouvelle carte créée par les bibliothécaires fait le lien entre les livres et les quartiers de Toronto dans lesquels leur histoire se déroule.
Cette carte renferme des listes de livres pour 19 quartiers et est le fruit d’une collaboration entre des employés du réseau des bibliothèques. Elle a été inspirée d’une conférence avec Amy Lavender Harris, auteure du livre Imagining Toronto. Celle-ci est une spécialiste du paysage littéraire torontois.
L’auteure voit cette carte comme un excellent moyen pour mieux comprendre Toronto, mais aussi pour attirer davantage de lecteurs à cette littérature qui est étudiée à travers le monde. L’histoire de milliers de livres se déroule dans la ville de Toronto et de nouveaux ouvrages sont publiés chaque année.
Les genres de ces livres varient beaucoup. La liste contient notamment des romans graphiques et des documentaires.
Harris mentionne que la littérature facilite les conversations plus délicates sur la culture et le différences.
Le multiculturalisme est également abordé dans l’écriture sur Toronto. L’une des premières œuvres de fiction sur Toronto, soit Bogle Corbet, écrit par John Galt en 1831, traite de la rencontre de différentes cultures.
D’autres livres mentionnent les symboles les plus connus de la ville, tels que la Tour du CN. Cette carte est appelée à être modifiée au gré des suggestions et des commentaires reçus. Les instigateurs de ce projet espèrent que les citoyens qui vivent dans les quartiers vont voir la liste et qu’ils détecteront les oublis.

Source: http://www.thestar.com/news/gta/2014/05/20/toronto_public_library_launches_new_map_as_a_gateway_to_the_citys_literary_hotspots.html
Par Elisabeth Lemyre