CORPOCLIC est l'infolettre de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec. En consultant CORPOCLIC, vous êtes assurés de demeurer au courant de toutes les activités et toutes les interventions de la CBPQ!
Vous avez des difficultés à lire ce courriel ? Cliquez ici
corpoclic_logo

Avril - Mai 2014

Mot de la présidente

president(e)

Par Josée Saint-Marseille,Présidente

L’engagement bénévole dans le milieu associatif

Le milieu associatif est rempli de défis avec lesquels il doit composer. D’ailleurs pour bien fonctionner, se développer, offrir des services et mener à terme des projets, la plupart des associations doivent compter sur l’engagement bénévole de ses membres car la grande majorité d’entre eux dispose de peu d’employés.

L’engagement bénévole dans le milieu associatif s’avère à bien des égards une expérience significative. En effet, il permet de créer des liens professionnels en bâtissant un réseau composé de personnes évoluant dans le même domaine, d’apprendre sur des milieux différents de celui dans lequel nous évoluons et de connaître des personnes que le milieu de travail ne mettrait peut-être pas sur notre route. Il permet souvent des apprentissages différents, en étant souvent complémentaire ou même totalement différent du travail que nous effectuons au quotidien. Il permet aux bénévoles de travailler sur des dossiers et de réaliser des projets qu’ils ne feraient pas dans le cadre de leurs fonctions professionnelles.

Aussi, l’engagement au sein d’une association offre aux membres une opportunité de concrétiser des projets variés et même des idéaux. Pour les jeunes diplômés, une expérience d’engagement associatif peut permettre de pallier et de compléter une expérience professionnelle, et aux plus expérimentés de transmettre leurs connaissances et partager leurs expériences.

À l’instar des autres associations qui évoluent dans le milieu documentaire ou non, la CBPQ a besoin de membres qui s’engagent, soit au sein de son conseil d’administration (CA) ou de ses comités. Ainsi, la CBPQ doit compter sur nous tous pour réaliser sa mission, offrir des services qui répondent aux besoins divers de ses membres et réaliser une variété de projets.

Dans cette voie, nous vous invitons à poser votre candidature au CA de la CBPQ et/ou de vous impliquer au sein des comités de promotion (nous souhaitons amorcer une 3e phase de la campagne de promotion), du CorpoClic, d’Argus et de la formation professionnelle.

Bien que nos horaires personnels et professionnels soient, pour tous, des plus chargés, l’engagement au sein d’une association se veut riche tant sur les plans humain que professionnel, et il permet à ses bénévoles de faire une petite différence, si petite soit-elle.

L’engagement bénévole des membres d’une association demeure l’une de ses richesses. Sans eux, une association comme la CBPQ n’aurait pu célébrer son 45e anniversaire. Merci sincère aux nombreux bénévoles qui s’activent, au fil des ans, au sein de notre association et merci à l’avance à ceux qui décideront de s’impliquer ! Vous êtes les bienvenus !

Formations


pouce 02 Mai Montréal 9h-16h30
Gestion de projets

pouce 09 Mai Montréal 9h-16h30
La gestion des abonnements en format électronique

pouce 30 Mai Montréal 9h-16h30
Composer avec l’itinérance, les problèmes de santé mentale et de drogues en bibliothèque

D’autres formations s’ajouteront en cours d’année

À suivre sur notre site

Liens utiles

CBPQ
CMD
ARGUS
  Nouvelles de la CBPQ
Conseil d'administration

Le Conseil a tenu une réunion le 20 mars dernier et a abordé les points suivants:

  • Section étudiante de la CBPQ
    Les statuts de la section étudiante de la CBPQ à l’EBSI ont été adoptés par le Conseil d’administration. Les membres de la section planifient un agenda d’activités qui sera proposé aux étudiants. Un site indépendant sera créé pour cette section, mais un compte Facebook a déjà été inauguré et des questions posées, notamment sur le statut professionnel des bibliothécaires.
  • Campagne de promotion 2014
    Le comité de la campagne de promotion 2014 a présenté les grandes lignes d’un projet envisagé qui porte sur des anecdotes et des moments de fierté vécus par des professionnels dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions. Une invitation a été envoyée aux membres afin de partager ces moments et le comité étudie une façon de les faire connaître de plusieurs manières.
  • CMD 2014
    Un compte-rendu de l’état d’avancement du CMD 2014 a été présenté. Un appel à communications a été diffusé auprès d’une liste de 4800 abonnés en plus d’une diffusion sur des réseaux internes.
    Plusieurs nouveaux concepts seront introduits, notamment dans le cadre de la 1ère journée du CMD - ainsi l’exposition sera inaugurée le soir par une réception offerte par les exposants, ce qui permettra aux participants inscrits uniquement à cette journée de pouvoir visiter l’exposition, ce qui n’était pas possible auparavant. Les détails de toutes les nouveautés seront communiqués via l’envoi d’une carte postale électronique.
  • Programme de formation - Printemps 2014
    La liste des activités programmées a été présentée et est publiée dans la rubrique Formation de l’infolettre.
    Le comité invite les personnes intéressées à se joindre à lui et à communiquer avec la directrice à dg@cbpq.qc.ca
    Le travail de ce comité est des plus stimulants car il ouvre la porte à la rencontre et à connaître de multiples formateurs et conférenciers. De plus la personne qui prend en charge une activité y participe gratuitement. Avis aux intéressés.
    Le dossier du numérique et sa complexité de déploiement en milieu scolaire a été discuté.
    La présidente, Josée Saint-Marseille est revenu sur le plan d’action 2014 afin de valider les étapes franchies et ce qui reste à mettre en œuvre.
    Les prévisions budgétaires 2014-2015 ont été présentées et adoptées.
    Les candidatures vacantes au Conseil 2014-2015 ont été signalées et un formulaire de mise en candidature est en ligne.
    Une invitation est lancée à toutes et tous qui aimeraient faire avancer les dossiers de la CBPQ et contribuer à son renouveau de présenter leur candidature. https://cbpq.qc.ca/webform/candidatures-au-ca-et-a-la-presidence-2014-2016-date-limite-15-mai-2014-0
  • Comité de rédaction Argus
    Les membres du comité invitent les personnes recherchant des défis stimulants à se joindre à eux. Les personnes intéressées peuvent communiquer avec la directrice : dg@cbpq.qc.ca
    Les personnes des régions sont les bienvenues car le travail peut se faire via courriel et liaison Skype.


Nominations

Bibliothèque et Archive Canada, Monsieur Guy Berthiaume, actuel président-directeur général de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et ce depuis 2009, a été nommé Bibliothécaire et Archiviste Canada.
Il entrera en fonction le 23 juin 2014 pour un mandat de 5 ans.

Bibliothèque de l’Université Concordia, Madame Guylaine Beaudry a été nommée bibliothécaire universitaire de l’Université Concordia.
Elle débutera son mandat le 1er mai. GB
Guylaine Beaudry a été auparavant directrice de la bibliothèque Webster et a assumé l’intérim du poste de bibliothécaire universitaire après le départ de M Gerald Beasley. Son mandat est pour une durée de 5 ans.
Toutes nos félicitations à notre collègue, ancienne présidente de la CBPQ et membre actuel du Conseil d’administration.

Photo Université Concordia


http://www.concordia.ca/content/shared/en/news/main/stories/2014/04/17/concordia-appointsuniversitylibrarian.html?rootnav=news/stories

  Brèves

Baisse de fréquentation à la bibliothèque de Chicoutimi

La porte-parole de la Ville de Chicoutimi rapporte qu'une baisse de fréquentation de 11% de la bibliothèque de Chicoutimi est observée depuis l'ouverture de la bibliothèque de Jonquière. Même s'il est trop tôt pour réellement associer cette baisse à cet évènement, le président de la commission des Arts et de la culture à Saguenay en profite pour réfléchir à la modernisation physique de la bibliothèque de Chicoutimi: il souhaite aménager l’espace au goût du jour et installer une chute à livres automatique.

Source : Article de Cindy Girard, paru le 17 mars 2014, sous le titre de "Bibliothèques en bref..." http://www.courrierdusaguenay.com/Actualites/2014-03-17/article-3652490/Bibliotheques-en-bref%26hellip%3B/1
Par Lyne Rajotte

Bibliothèque: Macamic devra retourner en appel d'offres

La ville de Macamic est une municipalité de près de 2800 habitants située dans la MRC d'Abitibi-Ouest. La ville a comme projet d'offrir à ses citoyens une nouvelle bibliothèque et aucune des cinq soumissions déposées pour les travaux n'a été retenue par le conseil de ville, toutes dépassant les coûts projetés. Le projet amorcé en 2008 est évalué à 1,04 M $ et 670 000 $ proviennent d'une subvention du Ministère de la Culture. Afin de réduire les coûts, certains éléments du projet devront être revus ou abandonnés avant de retourner en appel d'offres.
On rappelle que le projet consiste à construire un nouvel édifice sur les fondations du bâtiment qui abritait le Club de l'Âge d'Or et où la bibliothèque occupera une superficie trois fois plus grande qu'actuellement. La bibliothèque sera située au deuxième étage et le rez-de-chaussée serait utilisé pour les activités culturelles et communautaires.

Source: Article de Patrick Rodrigue, paru le 16 mars 2014, à l'adresse suivante:
http://www.abitibiouestrouynnoranda.ca/Actualites/Societe/2014-03-16/article-3648464/Bibliotheque%3A-Macamic-devra-retourner-en-appel-d%26rsquo%3Boffres/1
Par Lyne Rajotte

Jean-François Fortin gagne la bataille de l'Institut Maurice-Lamontagne

Le commissaire aux langues officielles recommande que le Ministère des Pêches et des Océans (MPO) reconsidère sa décision de fermer la bibliothèque de l’Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli comme il avait été annoncé en octobre 2013.
Les recommandations du commissaire visent entre autres à ce que dans tout processus décisionnel futur, le MPO s'assure de mettre en place des mesures visant à connaître les besoins des communautés de langue officielle en situation minoritaire dès l'étape initiale du processus décisionnel, de déterminer les répercussions et de prendre les moyens pour pallier les effets négatifs si envisagés.
Un suivi sera effectué en juin 2014 auprès du MPO pour s'assurer que les recommandations ont pleinement été mises en œuvre. L'enquête a démontré que le MPO n'a pas tenu compte des besoins de la communauté scientifique francophone à l’extérieur du Québec lors de la décision visant la fermeture de la bibliothèque de l’Institut Maurice-Lamontagne, ni de l’importance de cette bibliothèque pour la vitalité de cette communauté.
Jean-François Fortin, député bloquiste de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia se réjouit de la décision du commissaire aux langues officielles.

Source : Article de Roger Boudreau, paru le 16 mars 2014, à l'adresse suivante:
http://www.lavantage.qc.ca/Actualites/2014-03-16/article-3651617/Jean-Francois-Fortin-gagne-la-bataille-de-l%26rsquo%3BInstitut-Maurice-Lamontagne/1
Par Lyne Rajotte

La bibliothèque de Harvard recrute un "wikipédien"

John Overholt, conservateur de la bibliothèque Houghton de l'Université Harvard des États-Unis, la bibliothèque qui contient les manuscrits et les livres rares de la vénérable institution, recherche une personne qui sera responsable des relations entre le site Wikipédia et elle. Ce "wikipédien" en résidence devra aussi encourager les professeurs de l'université à participer à l'encyclopédie libre dans le but de valoriser les ressources de l'institution et de les rendre plus visibles.
Il s'agit d'une mouvance déjà présente en Europe. Le British Museum de Londres, le Château de Versailles en France et le musée de Picasso en Espagne ont déjà recruté des personnes chargées d’augmenter la visibilité de leur institution sur Wikipédia.

Source : Article de Benjamin Chapon, paru le 14 mars 2014, à l'adresse suivante:
http://www.20minutes.fr/web/1323286-la-bibliotheque-de-harvard-recrute-un-wikipedien
Par Lyne Rajotte

Don exceptionnel de 6 millions pour la NY Public Library

Lotte Fields était une lectrice assidue de la NY Public Library. Elle contribuait couramment et modestement à l'institution et elle était connue de toute l'équipe de la bibliothèque pour ses visites régulières. Lors de son décès à 89 ans, un legs testamentaire de 6 millions de dollars était destiné à la NYPL. Tony Marx, président de la bibliothèque, ne peut préciser encore l'usage de cette somme, mais elle sera probablement divisée entre le bâtiment principal de la bibliothèque et la branche Stephen A. Schwarzman.

Source : Article d'Antoine Oury, paru le 14 mars 2014, à l'adresse suivante:
http://www.actualitte.com/bibliotheques/don-exceptionnel-de-6-millions-pour-la-new-york-public-library-48806.htm
Par Lyne Rajotte

La bibliothèque de la ville d'Helsinki équipée d'un sauna

À l'occasion du centenaire de l'indépendance de la Finlande en 2017, aura lieu l'inauguration de la bibliothèque d'Helsinki située à Töölö Bay. L'équipe de la bibliothèque est fière d'annoncer que le projet prévoit d'inclure un sauna, estimant que la détente des muscles permettrait d'activer l'activité intellectuelle, comme nous l'explique Johanna Sydänmaa du comité chargé de l'établissement : «Nous considérons cet élément comme un sauna éducatif, et un moyen de promouvoir la culture finlandaise. L'objectif est de lier la littérature et le sauna, la visibilité importante de la bibliothèque centrale offrira un panorama de la culture finlandaise.»

Source: Un article d'Antoine Oury, paru le 11 mars 2014, à l'adresse suivante:
http://www.actualitte.com/bibliotheques/la-bibliotheque-de-la-ville-d-helsinski-equipee-d-un-sauna-48726.htm
Par Lyne Rajotte

Ebook: Quand une bibliothèque entre dans un aéroport

La ville de Boise est la capitale de l'Idaho aux États-Unis. « En partenariat avec l’aéroport de la ville, l’équipe [de la bibliothèque] est en train de mettre en place une bibliothèque numérique dans les locaux destinés aux voyageurs. L’objectif est de construire un espace dédié à la lecture de livres et de presse à l’aéroport dans des espaces de repos dédiés. Les voyageurs pourront lire les [livres numériques] de la bibliothèque à partir de tablettes mises gracieusement à disposition ou directement via leurs appareils. Le kiosque est calqué sur une bibliothèque numérique déjà implantée à l’aéroport de Philadelphie. »

Source: Un article d'Elizabeth Sutton, paru le 7 mars 2014, à l'adresse suivante:
http://www.idboox.com/infos-ebooks/ebook-quand-une-bibliotheque-entre-dans-un-aeroport/
Par Lyne Rajotte

La plus grosse bibliothèque d'images du Web partage ses photos gratuitement

L'agence de photographie Getty Images permet l'accès gratuit à sa banque de données aux blogueurs et aux éditeurs de contenu non commercial. On peut donc importer une de leurs images sur une page Web grâce au code HTML. "(...) il suffit de cliquer sur l'icône d'exportation () correspondant à l'image de son choix. Une fois le code copié puis collé, l'image apparaîtra enrichie (...) de notions sur le droit d'auteur (nom du photographe) et de boutons de partage vers les réseaux sociaux et d'exportation."

Source: Article d'Étienne Froment, paru le 6 mars 2014, à l'adresse suivante:
http://geeko.lesoir.be/2014/03/06/la-plus-grosse-bibliotheque-dimages-du-web-partage-ses-photos-gratuitement/
Par Lyne Rajotte

Les éditeurs britanniques se prêtent à l'ebook en bibliothèque

Un projet pilote de prêt de livres numériques en bibliothèque publique est en cours depuis le 3 mars dernier au Royaume-Uni. Le projet est mené par la Publishers Association et la Society of Chief Librarians, soutenus grâce à une aide financière d'environ 73 000 $ provenant de la British Library Trust. Les bibliothèques de quatre territoires sont visées: Peterborough, Newcastle, Windsor and Maidenhead, et Derbyshire. Un millier de titres sont disponibles pour le prêt, pour une période de 7 ou 21 jours. Ce projet pilote d'une année permettra à tous les acteurs d'étudier l'impact du prêt de livres numériques sur les auteurs, les éditeurs et les services de bibliothèques afin de définir un modèle juste concernant les redevances.
Malheureusement, à cause du droit de prêt géré par la British Library, les emprunts de livres numériques et audios doivent être réalisés dans l'établissement seulement, le projet pilote ne pouvant proposer d'emprunts à distance. La question est sensible, et les négociations entre éditeurs et bibliothécaires ne font que commencer.

Source: Un article d'Antoine Oury, paru le 6 mars 2014, à l'adresse suivante: http://www.actualitte.com/bibliotheques/pret-de-livres-numeriques-en-bibliotheques-la-grande-bretagne-experimente-48615.htm
Par Lyne Rajotte

Bibliothèques: s'éloigner des livres pour devenir "troisième lieu"

Il y aura refonte de la bibliothèque de Washington DC et le projet retenu est proposé par les cabinets Mecanoo Architecten et Martinez+Johnson Architecture. Le principe du troisième lieu ressort clairement : gratuit et ouvert à tous, un endroit où les rencontres et le lien social sont prioritaires, beaucoup d'espaces ouverts entre les murs et à l'extérieur.
Dans le projet proposé, outre les espaces de lecture traditionnels, il y aura un auditorium plus imposant que l'espace d'animation déjà présent, un café, une librairie et un espace pour les plus jeunes où jouer et regarder des films. De plus, une terrasse ouverte est prévue de même qu'un stationnement souterrain. Il s'agit d'un projet de 250 millions de dollars.

Source: Un article d'Antoine Oury, paru le 5 mars 2014, à l'adresse suivante:
http://www.actualitte.com/bibliotheques/bibliotheques-s-eloigner-des-livres-pour-devenir-troisieme-lieu-48590.htm
Par Lyne Rajotte

Bibliothèque nationale. Un don d'un million par un industriel américain

La Bibliothèque nationale de France a reçu un don d'un million d'euros de Mark Pigott, un industriel américain, qui soutient divers projets dans les bibliothèques et institutions universitaires en Europe et aux États-Unis.
La BNF précise que ce mécénat servira aux bourses de recherche, à des travaux de restauration et l'acquisition d'un microscope 3D haute définition pour le laboratoire de conservation.

Source: France - 4 mars http://www.ouest-france.fr/bibliotheque-nationale-un-don-dun-million-dun-industriel-americain-1976838
Par Richard Demers

Bibliothèque de Québec; première au Québec dans le prêt de livres numériques

La Bibliothèque de Québec a effectué 106 000 prêts de livres numériques depuis mars 2012, ce qui fait de sa plateforme numérique elle la plus utilisée par le plus grand nombre de citoyens dans la province.
Présentant Québec comme un chef de file quant au prêt de livre numérique, madame Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et de l'aménagement du territoire, soulignait que la ville était sur la bonne voie pour l'atteinte de l'un des objectifs décrits dans la Vision du développement de la Bibliothèque de Québec 2013-2020.
Les citoyens de Québec ont réalisé 147 633 visites sur la plateforme de prêts.

Source: publié le 1er mars 2014 par Monlimoilou.com
http://blogue.monlimoilou.com/2014/bibliotheque-de-quebec-premiere-au-quebec-dans-le-pret-de-livres-numeriques/
Par Richard Demers

La bibliothèque Saint-Sulpice - joyau en péril cherche un usage

L'image de marque que porte la bibliothèque Saint-Sulpice, depuis 100 ans, sur la rue Saint-Denis, commence à se ternir. Poussières et saletés, bris et enlèvement d'une torchère de bronze; la bâtisse n'invite plus à la recherche.
Bibliothèque universitaire et de recherche, au départ, elle sera établie au milieu des écoles du Quartier Latin. Profitant de grands moyens pour les acquisitions et l'organisation, Aegidius Fauteux, son premier bibliothécaire, en fera une des bibliothèques les plus complètes d'Amérique. D’ailleurs, grâce à son riche fonds documentaire, elle deviendra Bibliothèque nationale du Québec en 1967.
Parce que les Sulpiciens voudront qu'elle reflète la culture française en sol canadien et que cela soit perceptible de la rue; « Les références au Trianon et à la façade de Mansard pour l'hôtel Carnavalet sont évidentes... et le grès chamois de l'Ohio... ressemble à la pierre utilisée à Paris. »
Jusqu'au déménagement des collections vers la grande bibliothèque du Québec, les fonctions et les activités culturelles resteront inchangées depuis 1915. Pour cette raison, une réutilisation des espaces pour des fonctions similaires serait idéale. La réadaptation des pièces à d'autres activités serait désastreuse pour la beauté des lieux et l'harmonie intérieure. C'est un monument dédié à la culture. La meilleure vocation à donner à ce monument demeure sa première. L'UQAM, le musée du textile et la Cinémathèque ont eu des projets en ce sens.
En suivant le modèle français, le chef d'oeuvre d'Eugène Paquette pourrait partager l'hébergement des exemplaires des collections spéciales de documents rares et précieux avec l'édifice de conservation de la rue Holt, par mesure de prudence. Ou encore, un lieu où l'on aménagerait les collections d'institutions (scolaires, religieuses...) en mutation ou qui ferment.
Que faire de ce lieu? Un complément indispensable au futur de la Collection nationale du Québec à BANQ.

Source: Par Jean-René Lassonde - Bibliothécaire et auteur, entre autres, de la bibliothèqueSaint-Sulpice http://www.ledevoir.com/culture/livres/401446/labiblioth
Par Richard Demers

Un brevet déposé pour la vente de livres numériques en bibliothèque

Deux Canadiens, Ronald Dick et Gordon Freedman, d'Ottawa, ont déposé un brevet auprès de l'US Patent and Trademarks Office, pour un système de vente de livres numériques en bibliothèque.
Le système proposera à un usager n'ayant pas terminé la lecture d'un livre numérique emprunté à la bibliothèque l'offre de l'acheter. Ainsi, le système suivrait la progression du lecteur dans l'ouvrage en ne permettant pas la prolongation du prêt.
D'après The Digital Reader, le système s'approcherait de celui d'Amazon.
Les librairies pourraient voir d'un mauvais œil cette nouvelle concurrence.

Source: Publié le 27 février 2014 http://www.actualitte.com/bibliotheques/un-brevet-depose-pour-la-vente-de-livres-numeriques-en-bibliotheque-48462.htm
Par Richard Demers

Bibliothèques universitaires : les accords entre Couperin et Elsevier

Les négociations entre Couperin, un consortium des établissements supérieurs et de recherche chargé, entre autres, de discuter les prix des abonnements, et l'Éditeur académique Elsevier ne semblaient pas se diriger vers une nouvelle contractualisation. Le dernier contrat devait arriver à son terme le 31 décembre 2013.
Malgré un contenu de recherche sans intérêt pour le grand public, c'était tout de même avec les fonds publics que l'ensemble des établissements universitaires français payait une facture finale de dizaines de millions d'euros par année.
La fin du contrat approchant, l'idée de recourir à un principe de licence nationale permettant de négocier un abonnement unique pour tous les établissements a donc refait surface.
Ayant annoncé que les propositions d'Elsevier n'étaient pas supportables, Couperin aurait sollicité le ministère de l'Éducation supérieure et de la Recherche pour mener les discussions à sa place.
Grâce à Science direct, sa plateforme maison, Elsevier est une société cotée en bourse qui empoche beaucoup en publiant les productions scientifiques. Puisque l'argent public sert à payer la recherche et sa diffusion à travers les abonnements, il y a de quoi s'interroger. D'autant plus qu'on évoque qu’Elsevier tente d'appliquer des hausses inconsidérées chaque fois qu'elle en a la chance.
Alors qu'on évalue les chercheurs, entre autres, sur le nombre de publications dans les revues que détient Elsevier, les bibliothèques universitaires se retrouvent prises au piège. Pour s'en sortir, le choix des Archives ouvertes serait le moyen de briser le cercle. Mais cela suppose un courage politique qui ne semble pas se manifester.
Finalement, le 31 janvier, un accord que Couperin juge équilibré était trouvé. De plus, un principe de licence nationale couvre « l'intégralité des établissements de l'enseignement supérieur et de la recherche... » et d'autres établissements faisant passer leur nombre de 147 à 642. La licence accorde une égalité d'accès pour tous les chercheurs du territoire et d'autres avancées appréciables.

Source: Publié le 25 février 2014 http://www.actualitte.com/bibliotheques/bibliotheques-universitaires-les-accords-entre-couperin-et-elsevier-47288.htm
Par Richard Demers

Le «Pool de lecture» est lancé au Centre de formation des adultes de Mont-Joli-Mitis

La Commission scolaire des Phares a publié un communiqué de presse pour annoncer le « Pool de lecture », un concours qui fait la promotion de la lecture auprès des élèves du Centre de formation des adultes de Mont-Joli-Mitis, organisé par Arianne St-Germain, enseignante de français, et Mélanie Loubert, orthopédagogue.
Dans le cadre de l'activité, les élèves ont pu participer à un minisalon du livre mis sur pied par la bibliothécaire de la commission scolaire, Marie-Hélène Charest, aidée de Michel Dufour de la librairie L'Hibou-coup de Mont-Joli.
Rappelant l’importance de la lecture sur les apprentissages, Madame Loubert mentionnait au passage que la collaboration de Marie-Hélène Charest à la transformation de la bibliothèque est un cadeau pour le centre.

Source: Publié le 27 février 2014
http://www.csphares.qc.ca/documents/pdf/communique_presse/2013-2014/Pool_de_lecture_au_CFA_de_Mont-Joli-Mitis.pdf
Par Richard Demers

Bibliothécaire scolaire, ou faire aimer la lecture aux enfants

Diane Lafortune, bibliothécaire, a monté de A à Z le programme d’animation de lecture pour les 15 écoles primaires de la commission scolaire de Sorel-Tracy, dans le cadre du plan d’action sur la lecture à l’école du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Elle visite 2 fois par année toutes les classes de ces écoles dans le but de transmettre sa passion des livres aux élèves, malgré l’accès de plus en plus grand aux nouvelles technologies. C’est une formule presque unique dans la région.
Madame Lafortune s’occupe également de la mise sur pied d’outils pour aider les enseignants, les parents et les éducatrices de garde, compose des boîtes à livres et suggère des lectures et des activités dans le Biblio-Passeur, une publication web.

Source: Sarah-Ève Charland - 14 février 2014
http://virtuel.journallavoix.net/doc/hebdo_la-voix/h07r-2014-02-14/2014021301/?referrer=http%3A//www.les2riveslavoix.ca/edition-e#8
Par Richard Demers

Compte-rendu de la conférence de l’Association des bibliothèques publiques des États-Unis

La conférence de l’Association des bibliothèques publiques, PLA (États-Unis), a eu lieu à Indianapolis en mars 2014. Voici quelques meilleures pratiques sur des sujets abordés lors de cet évènement :

Construire des sites-web:
• Favoriser le processus itératif de design (comme Amazon, Yahoo, etc.), et apporter des modifications au site Web régulièrement, au lieu de faire de gros changements après une période de quelques années.
• Faire un audit du contenu afin d’identifier les éléments importants pour mettre en place l’architecture de la navigation.
• Éviter les gros segments de texte, mais utiliser une mise en page qui facilite la lecture – titres, sous-titres, listes, espace de 1.5.
• Écrire dans la voie active – « nous, vous », et non pas « les usagers, la bibliothèque »
• 50% du contenu de la plupart des sites Web n’est jamais lu – mettre en évidence la case de recherche, les heures d’ouverture, le contact, les évènements, et privilégier les bulletins pour distribuer tout autre contenu.
• Pour les systèmes de gestion de contenu – ExpressionEngine (http://ellislab.com/expressionengine) est un outil payant, mais très utile, facile à utiliser et puissant.

Engager les usagers et la communauté :
• Étudier les forces et les intérêts personnels de vos employés pour les développer davantage en envoyant les employés à des formations qui leur permettront de devenir des spécialistes dans leur domaine.
• Faites de vos problèmes ou de vos opportunités une politique d’embauche : par exemple, si beaucoup d’ados fréquentent votre bibliothèque, cherchez un bon bibliothécaire spécialisé dans la programmation pour ce groupe d’usagers; si les romans policiers sont très en demande, embauchez un bibliothécaire qui peut faire de bonnes suggestions de lecture pour ce genre.
• Installer des bornes de prêt en libre-service afin d’affecter les employés à d’autres tâches.
• Former des bénévoles pour aider avec des programmes et des services que vos employés ne peuvent pas donner (labos technologiques, recherche généalogiques etc.)
• Pour attirer la clientèle d’un certain groupe d’âge, faire la promotion à des endroits visités par ces personnes, et prévoir le temps le plus convenable pour eux en planifiant la programmation.
• Communiquer avec la communauté des affaires: visiter les chambres de commerce ou des rencontres des associations, et présenter les services de la bibliothèque.
Technologies et services:
• Les bornes 3M de prêt en libre-service peuvent communiquer avec la base de données NoveList Select: des suggestions de lecture personnalisées peuvent être imprimées sur les reçus.
Il suffit d’avoir une machine 3M de prêt en libre-service (avec Windows 7), abonnement à NoveList Select, un écran 19’’; le coût après une année d’utilisation est de 249 $.
• Envisionware LPT:One peut être intégré avec PrinterOn pour permettre l’impression de n’importe quel endroit.
• Le logiciel de StackMap.com permet d’ajouter un bouton « Trouve-moi » dans le catalogue à côté des résultats de recherche, pour que la carte de la bibliothèque et la localisation du livre soient affichées.
• La technologie de la compagnie SenSource offre des détecteurs aux fonctionnalités différentes pour compter les visites à la bibliothèque : « détecteur wi-fi central qui capte des signaux des édifices différents »; « détecteur thermique qui intercepte la température des individus, ce qui est considéré plus précis »; « détecteur actif installé au-dessus des portes qui différencie la grandeur des visiteurs » – fonction utile pour les statistiques de visites par groupe d’âge. Le détecteur actif pourrait aussi servir de caméra de surveillance.
Les transparents des différentes présentations sont disponibles à cette adresse: http://www.placonference.org/programs/

Source:Some Highligths From PLA 2014’ 20 mars 2014
Par Ekaterina Valkova

Place aux créateurs!

Un nouveau projet appelé « Bubbler » est mis en place à la bibliothèque publique de Madison, États-Unis qui cherche à transformer la culture des usagers des bibliothèques – de consommation vers création – par l’entremise des ateliers, des démonstrations, des conférences, de musique, design, danse, peinture, animation, ainsi que des ateliers peu conventionnels comme la fabrication de fromage, de papier, de brassage de la bière. La participation des membres de la communauté qui apportent leurs propres outils et matériaux aide à renforcer l’esprit communautaire et à offrir une grande variété de programmes, tels que :
1. « Meet Your Makers » (Rencontrez les créateurs) - programme hebdomadaire de samedi matin sans inscription fréquenté par beaucoup de familles;
2. « NightLight » (Lumières nocturnes) - programme mensuel destiné aux adultes et qui inclut des vernissages, concerts de rock, pièces de théâtre expérimentales, projection de films, dégustations;
3. « Artist-in-Residence » (Artistes en résidence) – l’artiste ou le groupe d’artistes transforment la salle du Bubbler en studio de création et de partage avec le public, où ils offrent des ateliers.
Des vidéos sont téléchargées sur YouTube Library as Incubator Project on YouTube

Source:‘What is the Bubbler?’, de Holly Storck-Post & Sean Ottosen,
http://www.libraryasincubatorproject.org/?p=13652
Par Ekaterina Valkova

Qui sont les usagers des bibliothèques les plus fidèles?

Certains croient qu’à cause d’Internet et des livres numériques, l’avenir des bibliothèques est menacé, mais une nouvelle recherche du centre « Pew Research » dispute cette hypothèse. L’étude a prouvé que les usagers américains des bibliothèques les plus avides sont aussi les usagers les plus acharnés des nouvelles technologies. Selon les statistiques de janvier 2014, les Américains continuent de lire des livres imprimés - 28% des adultes lisent aussi des livres numériques, et 4% lisent uniquement des livres numériques. Beaucoup d’Américains disent qu’ils sont intéressés à explorer les nouvelles technologies dans les bibliothèques – des suggestions de lecture personnalisées, bibliothécaire de référence virtuel, kiosques des média, applications mobiles.
Le rapport est disponible à l’adresse: http://www.pewinternet.org/2014/03/13/library-engagement-typology

Source: ‘The Most Endangered Library Users Are Also Biggest Tech Users’, mars 2014
Par Ekaterina Valkova

Bibliothécaire en chef de la nouvelle bibliothèque centrale de Halifax

Après la démission du chef de la direction en septembre dernier, le conseil d’administration de la bibliothèque de Halifax a embauché une entreprise de recrutement pour trouver un(e) bibliothécaire en chef pour la nouvelle bibliothèque centrale de Halifax qui n’ouvre ses portes qu’en novembre 2014. Néanmoins, l’édifice a été déjà inclus par le CNN dans la liste des dix constructions les plus originales de 2014. La construction de la bibliothèque a coûté 55 millions de dollars. Le mandat du nouveau bibliothécaire en chef sera de maintenir le niveau de services avec une réduction de 830 000 $ de son budget d’opération de 16 millions de dollars. Le développement des programmes d’alphabétisation et des programmes d’anglais langue seconde fait partie des objectifs les plus importants.

Source: ‘Halifax Central Library lure for new chief librarian job’
http://www.cbc.ca/news/canada/nova-scotia/halifax-central-library-lure-for-new-chief-librarian-job-1.2575452
Par Ekaterina Valkova

Comment réinventer les bibliothèques

Un article publié dans le journal The New York Times a suscité l’intérêt et provoqué la réflexion sur la raison d’être des bibliothèques. Les bibliothèques ne doivent plus concentrer leurs efforts uniquement sur l’emprunt de livres, mais diversifier l’offre de service. Des laboratoires, l’accès aux imprimantes 3D, des fraiseuses, des instruments de musique, des outils de jardinage ou même de parcelles de terre (Library Farm) font partie de la collection de prêt des bibliothèques qui suivent les tendances et repensent leurs mandats. Les livres représentent une fraction des moyens d’accès à l’information. Le contenu numérique élargit l’éventail de services, et les bibliothèques explorent l’équilibre entre imprimé et numérique. Pour plusieurs clients, la bibliothèque est le seul portail d’accès à Internet, une ressource essentielle pour la recherche d’emploi ou la navigation des sites Web gouvernementaux. Les bibliothèques doivent offrir plus de sièges confortables, permettre la nourriture et les boissons, encourager l’aspiration des usagers de création, repenser l’architecture traditionnelle.
Source: ‘Monday Musing: reinventing the "library’, 17 mars 2014, http://futureofmuseums.blogspot.ca/2014/03/monday-musing-reinventing-library.html

’Breaking Out of the Library Mould, in Boston and Beyond’ Katherine Q. Seeley, ‘New York Times’ 7 mars 2014
Par Ekaterina Valkova

Diffusion en mode continu offert en bibliothèque

Un nouveau service prend de plus en plus d’ampleur auprès des usagers – aux États-Unis, des bibliothèques incluent dans leur gamme de service la diffusion de films en mode continu. IndieFlix est un fournisseur spécialisé dans la distribution de films indépendants difficilement trouvés ailleurs. IndieFlix a été lancé l’an dernier, et au coût d’abonnement annuel de 1350 $, les usagers des bibliothèques ont accès à des films produits dans plus de 50 pays – il suffit d’avoir une carte de membre, posséder un ordinateur ou appareil mobile et une connexion Internet. La liste d’un autre fournisseur, « Media on Demand » inclut des films plus populaires. Le fournisseur « Hoopla » offre la diffusion en mode continu de films et de musique et son site Web permet de choisir des œuvres classiques des années 70, 80 et 90.

Source: ‘Westmont library now offers IndieFlix’, Joseph Ruzich, Downers Grove, 14 mars 2014 http://www.chicagotribune.com/news/local/suburbs/downers_grove_darien_westmont_woodridge/ct-library-streaming-westmont-tl-0320-20140314,0,7827017.story

Par Ekaterina Valkova

Le code source du Library DIY est maintenant accessible

La bibliothèque de la Penn State University a procédé au lancement de l’infrastructure Library DIY, une plateforme de type open source. Cet outil a été créé dans le but de donner une réponse rapide aux étudiants qui pourraient avoir une question par rapport à l’utilisation de la bibliothèque ou dans le cadre de leurs recherches.
Library DIY s’ajoute aux autres outils de type open source qui ont été développés par l’établissement, notamment pour la réservation de salles d’étude. Le widget Library DIY a été utilisé par d’autres bibliothèques pour relier leurs ressources à leurs systèmes de gestion de l’apprentissage

Source: http://olahotline.wordpress.com/2014/03/15/march-15-2014-vol-20-no-6-library-news/

Par Elisabeth Lemyre

Une bibliothèque doit recourir aux services de gardiens de sécurité pour prévenir le visionnement de pornographie sur les postes publics

Plusieurs citoyens convergent vers la Boston Library, Lincolnshire, afin d’utiliser les ordinateurs mis à leur disposition.
Cependant, des usagers de la bibliothèque ont noté récemment que malgré la présence de filtres, plusieurs individus visionnaient du matériel pornographique sur les postes publics. Par conséquent, le conseil municipal a décidé d’embaucher des gardiens de sécurité afin de pouvoir les intercepter.
Jonathan Platt, directeur des bibliothèques, a mentionné que des logiciels avaient été installés dans le but d’empêcher le téléchargement de matériel pornographique en anglais, mais aussi dans les autres langues. Les usagers qui ne respectent pas les règles seront expulsés de l’établissement. Pour les cas de téléchargements illégaux, des rapports au service de police seront envoyés.
Les usagers de la bibliothèque sont également invités à rapporter toute activité inhabituelle aux employés de la bibliothèque. Des gardiens de sécurité travaillent à temps partiel pour assurer une surveillance.

Source: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2580259/Library-forced-employ-SECURITY-GUARDS-prevent-visitors-viewing-pornography-computers.html?ITO=1490&ns_mchannel=rss&ns_campaign=1490

Par Elisabeth Lemyre

Les passionnés de bibliothèques seraient moins solitaires, selon une étude effectuée par le Pew Research Center

Selon une nouvelle étude effectuée par le Pew Research Center, les bibliothèques publiques prospèrent grâce à l’implication d’un noyau d’individus dynamiques que nous n’associons pas d’emblée au milieu des bibliothèques.
Cette étude, qui a permis de sonder plus de 6 000 individus âgés de plus de 16 ans, surprend de par le portrait qu’elle dépeint des férus de bibliothèques aux États-Unis. Plus des deux tiers des américains s’impliqueraient activement au sein des bibliothèques publiques. Les plus impliqués d’entre eux, soit environ 30% de la population, seraient plus jeunes et plus instruits.
Les gens qui aiment les bibliothèques publiques sont des lecteurs assidus et croient que les bibliothèques jouent un rôle essentiel pour encourager l’amour de la lecture et pour promouvoir la littératie.
Les membres de ces groupes sont aussi actifs au sein de leur communauté. En général, ils ont plus tendance à fréquenter les musées, à assister à des événements sportifs et socialiseront davantage avec leur famille et amis.
Plusieurs utilisateurs des bibliothèques publiques sont encore des amateurs des livres en format papier, mais plusieurs d’entre eux utilisent beaucoup les technologies.
En comparaison, les individus qui ne fréquentent pas les bibliothèques ont plutôt tendance à vivre de façon solitaire. Plus de 4% des répondants qui ne visitent pas les bibliothèques ne sont pas autant impliqués dans des activités communautaires et sociales. Également, 45% d’entre eux ne fréquentent pas les librairies, les musées et les événements sportifs sur une base régulière.

Source: http://www.latimes.com/books/jacketcopy/la-et-jc-library-lovers-less-lonely-pew-report-20140313,0,1235702.story#axzz2wdDadNM1

Par Elisabeth Lemyre

Kevin Gorman: Wikipédien en résidence à Berkeley

Wikipédia est une ressource encore utilisée par un grand nombre d’étudiants à l’université. L’université de Berkeley tente de conscientiser ses étudiants en les transformant en utilisateurs responsables et efficaces de ce populaire outil. L’établissement a d’ailleurs embauché Kevin Gorman en tant que premier Wikipédien en résidence.
Lors d’un entretien pour le Library Journal, Gorman mentionne qu’il aide les étudiants pour la recherche et pour la rédaction de leurs travaux. Son second mandat est un travail de collaboration avec les archives, les bibliothèques et les musées de l’Université de Berkeley afin de pouvoir éventuellement publier leurs contenus avec une licence libre, afin que le tout puisse être utilisé dans Wikimedia Commons. On parle ici de photographies et de documents diversifiés se trouvant actuellement dans des voutes.
Dans le cadre de son travail avec les étudiants, Gorman travaille pour le département de la culture américaine. Les étudiants travaillent en équipe sur des sujets précis et consultent un bibliothécaire qui explique la structure de Wikipédia et le processus de recherche en bibliothèque. Par la suite, ils rédigent des articles que d’autres pourront utiliser. Ces projets utilisant la structure de Wikipédia peuvent apporter beaucoup plus à long terme qu’un simple travail remis en format papier.
Chaque mois, près de 550 millions de gens consultent Wikipédia, mais seulement 30 000 individus éditent plus de cinq fois par mois son contenu anglais. Parmi les gens qui modifient le contenu, la plupart d’entre eux sont de race blanche et possèdent une formation dans le domaine des technologies. Ils rédigent des articles sur ce qu’ils connaissent et ont introduit un certain biais dans l’encyclopédie. On veut augmenter le nombre d’éditeurs pour faire tomber ce biais.

Source: http://lj.libraryjournal.com/2014/03/copyright/kevin-gorman-berkeleys-wikipedian-in-residence/#_

Par Elisabeth Lemyre