Colloque de la CBPQ, le vendredi 4 novembre de 14 h à 16 h

La CBPQ

THÉMATIQUE

Le numérique entraîne des bouleversements majeurs dans tout ce qui touche la pratique des bibliothécaires. Stéphanie Courchesne brosse un portrait de la profession aujourd’hui et de son évolution dans le temps. Les résultats de ses travaux portent sur l’évolution des compétences professionnelles, de l’identité professionnelle, de l’image des bibliothécaires, des valeurs et de la profession en général.

Emmanuelle Appriou nous donnera quelques pistes de réflexions sur comment se réinventer, accompagnant son propos d’exemples concrets, elle nous expliquera comment la production de nouveaux services pourrait débuter par la prise en compte et l’utilisation de ses propres outils ou données tout en restant pertinent.

Enfin, Thomas Chaimbault viendra compléter le colloque en nous parler de la formidable aventure dans laquelle se lance l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) et son engagement dans un programme autour de la responsabilité sociétale et environnementale (RSE).

CONFÉRENCIER INVITÉS

Stéphanie Courchesne
CPI 2022 – Vendredi 4 novembre – 14 h 00, Salon OCLC

Évolution des frontières de la profession dans la littérature des trente dernières années

Stéphanie Courchesne est étudiante au doctorat en sciences de l’information à l’EBSI, Université de Montréal. Elle a partagé son temps dans les dernières années entre l’université et les bibliothèques : après six ans à travailler dans les bibliothèques scolaires, elle a travaillé pendant 6 ans pour les Bibliothèques de Montréal, puis pour les Bibliothèques de Gatineau avant de travailler comme médiathécaire pour Radio-Canada. En parallèle de son travail, elle a fait des études en anthropologie avant d’entreprendre le profil « recherche » de la maîtrise en science de l’information à l’EBSI. Sa solide expérience en recherche lui a permis de mener à bien un imposant mémoire ayant pour titre : « Compatibilité entre troisième lieu et clientèles difficiles : perceptions professionnelles du rôle social des bibliothèques ». Pour son doctorat, elle s’intéresse à l’identité professionnelle des bibliothécaires, aux limites de la profession et aux partenariats avec d’autres professionnels.

Emmanuelle Appriou
CPI 2022 – Vendredi 4 novembre – 14 h 30, Salon OCLC

Pragmatisme, technologie, réalisme… et si on y croyait ?

De formation documentaliste (maîtrise), je me suis orientée plus spécifiquement vers les bibliothèques : d’abord en France pour devenir bibliothécaire puis en Grande-Bretagne afin d’obtenir un bachelor et vivre des expériences professionnelles dans les bibliothèques britanniques.

Après plusieurs postes en bibliothèques départementales (dont un d’adjoint de direction), j’ai cherché à participer au développement des bibliothèques concrètement et sans me limiter à une seule structure. J’ai alors trouvé une réponse en m’orientant vers l’informatique documentaire (titulaire d’un master 2 de l’Enssib) et plus spécifiquement l’édition de logiciels.

J’ai alors rejoint la toute petite équipe d’Orphée (C3rb Informatique) pour d’abord sillonner la France et former les bibliothécaires. Ensuite, j’ai proposé une version BDP du logiciel, riche de mes échanges avec des professionnels. Quelques années plus tard, j’ai été nommée directrice de C3rb. Je fais en sorte de ne jamais perdre le contact avec les bibliothécaires pour toujours proposer de nouveaux outils et services susceptibles de répondre à leurs problématiques quotidiennes.

Thomas Chaimbault-PetitJean
CPI 2022 – Vendredi 4 novembre – 15 h 00, Salon OCLC

Quelles compétences sur les enjeux de développement durable et responsabilités sociétales en bibliothèque ?

Responsable des Relations internationales de l’École nationale des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib, France), Thomas Chaimbault-Petitjean a dirigé pendant dix ans le pôle des formations initiales de fonctionnaires de l’École après en avoir monté la bibliothèque numérique. Auparavant, il a travaillé en bibliothèques municipales et universitaire comme responsable de pôles numériques et des ressources électroniques.

Responsable pédagogique, Thomas Chaimbault-Petitjean intervient aussi dans des formations initiales et continues, notamment sur la formation des professionnels, l’inclusion ou l’innovation en bibliothèque et participe activement au sein de plusieurs associations professionnelles nationales (AbF, ADBU, Comité pour la Science Ouverte) et internationales (IFLA, LIBER, AIFBD) : il est notamment membre fondateur de la commission Légothèque de l’AbF qui réfléchit au rôle des bibliothèques comme agent de construction de soi, actuellement responsable du groupe LGBTQ+ Users de l’IFLA.