CORPOCLIC est l'infolettre de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec. En consultant CORPOCLIC, vous êtes assurés de demeurer au courant de toutes les activités et toutes les interventions de la CBPQ!
Vous avez des difficultés à lire ce courriel ? Cliquez ici
corpoclic_logo

Mot d'introduction de la présidente

president(e)

Par Isabelle Pilon

Parlons de nous, les bibliothécaires
Mon implication à la CBPQ en tant que présidente m’offre l’occasion d’approfondir mes connaissances et d’élargir mes horizons en tant que bibliothécaire professionnelle. J’avoue humblement que mon expérience en tant que bibliothécaire, quoique très variée par les différentes fonctions et responsabilités que j’ai occupées au fil des années, a toujours été reliée à un seul milieu, à une seule clientèle. La présidence de la CBPQ m’offre ainsi l’occasion de côtoyer des bibliothécaires d’autres milieux que je n’aurais jamais rencontrés autrement, et qui développent des projets différents de ceux auxquels j’ai contribué. Que ce soit les membres qui siègent au Conseil d’administration de la CBPQ, les professionnels rencontrés lors de divers événements, ceux qui siègent à la Table de concertation des bibliothèques ou qui participent à la préparation du Congrès des milieux documentaires (CMD), tous ont des intérêts variés, mais intimement liés.

Un mot sur la Table de concertation des bibliothèques : J’ai le privilège d’y participer en tant que présidente de la CBPQ. Les membres qui en font partie proviennent de milieux totalement différents les uns des autres. En effet, la brochette de participants nous permet d’avoir des échanges enrichissants sur la valeur de la bibliothéconomie dans les différents milieux où elle s’exerce. Toutefois, malgré ces différences, nous avons constaté que des liens profonds nous unissent en tant que professionnels provenant de milieux documentaires différents. Cette richesse permet d’alimenter des échanges constructifs et approfondis sur la profession et sur le rôle des bibliothèques et des bibliothécaires dans la société et dans les milieux où on les trouve. Que ce soit les bibliothèques publiques, scolaires, collégiales, universitaires, spécialisées, gouvernementales ou autres, il y a une bibliothèque pour répondre aux besoins variés de chaque individu, à tout moment de son évolution. Je m’arrête ici, puisque mon but n’est pas de présenter les travaux de cette Table de concertation, qui seront dévoilés dans un proche futur, mais plutôt de souligner l’importance des échanges qui s’y déroulent et qui permettent à chacun des participants de s’ouvrir aux autres et de comprendre l’importance de nos institutions respectives dans la société.

C’est en mettant l’épaule à la roue, et en créant des occasions d’échanges que nous faisons progresser la profession. À cet effet, la CBPQ a besoin de vous. En effet, nous cherchons des membres qui désirent s’impliquer pour faire une différence. Votre expérience, votre professionnalisme et votre dévouement pourraient être mis à contribution pour certains de nos comités. Je pense principalement au Comité de rédaction de la revue Argus, pour laquelle vous avez été si nombreux à avoir souligné l’importance et la pertinence dans le sondage réalisé l’année dernière. Cette revue a besoin d’un coup de main afin de se réaliser et de poursuivre son élan. N’hésitez surtout pas à vous impliquer. Votre collaboration, si minime soit-elle peut faire une grande différence.

Bon été !

Formations


2 octobre, 9h-17h
La numérisation : les meilleures pratiques II

Webinaire 8 octobre, 12h-12h45
Les applications mobiles pour gagner en productivité

DESCRIPTION À VENIR

16 octobre, 9h-16h30
La gestion des ressources humaines : qu'est ce qu'un bon gestionnaire ?

23 octobre, 9h-16h30
Innover en bibliothèque par la co-création

Liens utiles

CBPQ
CMD
ARGUS
  Nouvelles de la CBPQ

Réunions du Conseil d’administration

    Deux réunions ont eu lieu durant le printemps, les 30 avril et 18 juin derniers. Les points suivants y ont été abordés :

  • La revue Argus et l’état de production du numéro de l’été sur la liberté d’expression. Un nouvel illustrateur a été retenu, il s’agit de J W Stewart, il remplace Michel Falardeau, illustrateur et bédéiste qui a collaboré à 5 numéros de la revue.
  • L’état de l’évolution du Congrès des milieux documentaires 2015 - le programme préliminaire est disponible sur le site et les inscriptions ont commencé.
    Trois colloques se tiendront durant le CMD, soit un du milieu de la santé, un du milieu scolaire organisé par l’APSDS, et le dernier du milieu universitaire.
  • Prévisions budgétaires 2016 - un projet de budget équilibré est présenté avec certaines dépenses revues à la baisse.
  • Candidatures au Conseil d’administration -cinq administrateurs terminent leur mandat, trois d’entre eux proposent de se représenter.
    Il reste deux postes à combler, de préférence du milieu scolaire et de la fonction publique provinciale afin de maintenir une représentation de tous les milieux au Conseil.
  • Recherche d’information sur la situation en bibliothèques du milieu scolaire et d’enseignement suite au dépôt du budget provincial. Selon les données obtenues, un état de situation a été publié sur le site de la CBPQ et il devra être mis à jour en fonction de l’évolution de la situation.
  • Comparution de la CBPQ à la Commission de la culture et de l’éducation portant sur le projet de loi 47, Loi modernisant la gouvernance de Bibliothèque et Archives nationales du Québec le 3 juin à Québec. La CBPQ était représentée par Marie-Eve Auclair qui a déposé une lettre au nom de l’organisme et a répondu aux questions des membres de la Commission. La lettre et la retransmission de la comparution sont disponibles :
    http://cbpq.qc.ca/nouvelle/auditions-publiques-sur-le-projet-de-loi-ndeg47
  • Présentation du bilan financier 2014-2105 par la vérificatrice - L’exercice se termine par un surplus minime. Une proposition est faite de passer d’une mission d’audit à une mission d’examen et celle-ci sera présentée lors de l’Assemblée générale en novembre prochain.
  • Loi sur l’éthique et la transparence - La CBPQ a été relancée plusieurs fois par la Direction de la vérification et des enquêtes du Commissaire au lobbyisme afin de s’inscrire au registre des lobbyistes. La CBPQ et d’autres OBNL ont fait savoir que la mesure ne s’applique pas dans leur cas selon la définition de la Loi.
  • Affichage à venir du poste de directeur général de la CBPQ en septembre

    ARGUS
    Le comité accepte toujours de nouveaux collaborateurs afin d’élargir son champ d’action.
    Si vous aimez faire de la relecture de textes,de la révision linguistique, approcher de nouveaux auteurs ou avez des idées pour améliorer la revue, vous êtes invités à communiquer par courriel à : dg@cbpq.qc.ca

    Vos réalisations, vos prix, une promotion - faites les connaître
    Vous avez un nouveau poste ou avez reçu un prix majeur, ou encore réalisé un projet exceptionnel? Partagez-les avec la communauté des bibliothécaires en nous envoyant les détails par courriel à : dg@cbpq.qc.ca en précisant pour CorpoClic.

    Des prix - félicitations aux récipiendaires

  1. La Médiathèque maskoutaine, gagnante du 1er prix du Club de lecture d'été TD 2014 - Volet francophone.

    Sophie April, membre du Conseil d’administration de la CBPQ, a eu l’honneur de représenter la Médiathèque Maskoutaine, gagnante du 1er prix du volet francophone, à la cérémonie de remise de prix qui a eu lieu le 5 juin à Ottawa. Ce qui a distingué la Médiathèque des 200 autres bibliothèques participantes à travers le Canada c’est sa promotion dans les différents médias et plateformes ainsi que l’enthousiasme et le dynamisme de l’équipe, les activités de lecture, la présence hors les murs (dans les camps de jour) avec les midis-lecture, les 365 comptes rendus, le superbe gala animé par Gribouille Bouille et les livres donnés en cadeau aux participants.




  2. Le 2e prix a été remis à la directrice de la bibliothèque de Beaconsfield, Élisabeth Lemyre.

  3. Le Prix de reconnaissance en lecture 2014-2015 - Ambassadeurs du livre

    Ce prix a été remis le 8 juin à la Grande Bibliothèque à Lyne Rajotte. Celle-ci a été l’instigatrice de ce projet à l’École au Cœur-du-Boisé de la CS de la Seigneurie-des-Mille-îles pour l’Association pour la promotion des services documentaires scolaires (APSDS).
    Lyne Rajotte est aussi membre du CA de la CBPQ.
    Pour voir le projet : https://www.youtube.com/watch?v=jbRfmeKCrlM&index=1&list=PL7xK7_BJ0pSVCI_ex1IF5BuLGltJbq8Kq
    Crédit photographique : Site Facebook d'Éducation Québec, le 8 juin 2015
    Rangée du haut : Mme Lyne Rajotte, bibliothécaire; Mme Véronique Senécal, enseignante; Mme France Lapierre, représentante pour l'APSDS et Mme Francine Leblanc, directrice;
    Rangées du bas : élèves de la 6e année du primaire de l’école au Cœur-du-Boisé, de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles.

  Brèves

Livre d’ici ferme ses livres

La revue québécoise des professionnels de l’édition a annoncé le 16 juin sa fermeture. Le mensuel était publié et dirigé depuis 1976 par Jacques Thériault. La décision de cesser les activités est due à la baisse de revenus publicitaires et la perte de subventions, notamment du Conseil des arts du Canada en 2014.
Par Régine Horinstein



La guerre secrète des bibliothèques

Le Nouvel Observateur du 4 juin consacre une enquête sur la guerre que se livrent de célèbres institutions pour garder ou mettre la main sur des œuvres considérées faisant partie du patrimoine national. On apprend ainsi sans surprise que c’est souvent l’institution qui dispose d’enveloppes financières substantielles qui gagne le plus souvent la bataille. Exemple : L’Université Princeton qui met la main sur les 13 800 livres et imprimés ayant appartenu au philosophe Jacques Derrida. Outre le montant du chèque, les ayants droits sont aussi sensibles aux efforts déployés par les grandes institutions pour faire vivre l’œuvre du disparu - séminaires, colloques ou publications.
Il existe donc bien une guerre secrète et une rivalité entre les institutions de prestige des deux côtés de l’Atlantique qui n’est pas près de se terminer, l’enquête énumère ainsi plusieurs œuvres qui ont été l’objet d’une lutte sans égale.
Source: L’OBS, 4juin 2015
Par Régine Horinstein


Projet de loi sur le lobbyisme
Le projet de loi 56 vise à réformer la Loi sur la transparence en matière de lobbyisme en englobant dorénavant les OSBL. Il a suscité la colère des organismes visés qui contestent cette portée alors que la plupart d’entre eux travaillent avec des bénévoles et peu de personnel. De plus, l’inscription au Registre est des plus complexes et comporte des frais. La CBPQ a elle aussi été approchée pour s’enregistrer, mais elle a fait savoir à la lecture de la loi actuelle qu’elle ne consacre pas une part significative de son emploi du temps en activités de lobbyisme. Depuis, elle attend la confirmation de la fermeture de son dossier.
Source: Le Devoir 17 juin 2015
Par Régine Horinstein

Condoléances

- C’est avec une grande tristesse qu’on a appris le décès de Suzanne Morin, directrice générale de l’Asted, le 20 juin dernier. Nos sincères condoléances à la famille ainsi qu’aux membres de l’Asted.
- Nos plus sincères condoléances à la famille, amis et collègues d’Irène Le Mouel ( 54 ans ) qui travaillait au Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone (SIDIIEF) à titre de Coordonnatrice au service aux clientèles.


Départ à la retraite de Louise Labory
Louise Labory, qui était la directrice associée à la directrice associée – Bibliothèques, à la direction de la culture et du patrimoine de la Ville de Montréal. de Montréal, a pris une retraite bien méritée.

Les bibliothèques seront-elles les « fusibles » de la crise économique

biblio-fucsibles Crédit photo site http://www.archimag.com
Le 61e congrès de l'Association des Bibliothèques de France a offert à ses 700 participants l`occasion de discuter des sujets de tensions découlant entre autres, des relations entre les bibliothèques et les élus municipaux. Devant l'arrivée des nouveaux élus, issus des élections de 2014, qui méconnaissent les services de bibliothèques. Les bibliothécaires doivent mettre en valeur leurs compétences professionnelles et leur apporter des informations qui serviront à la prise de décision, comme le suggère Dominique Lehary, ancien vice-président de l'ABF. En réalité, toutefois, les élus se montrent plutôt intrusifs ou indifférents.
Pour Marie-Paule Lehmann, vice-présidente de territoire au Conseil départemental du Bas-Rhin, les collectivités subissant une crise financière grave, les choix sont difficiles et le secteur culturel en fait les frais. Les bibliothèques risquent d'être les « fusibles ».
Il existe également des tensions au quotidien dans les bibliothèques causées par des mésententes diverses entre usagers.
Par Bruno Texier, publié le 15 juin 2015.
Source : http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2015/06/15/biblioth%C3%A8ques-seront-elles-fusibles-crise-%C3%A9conomique
Par Richard Demers


Charte de l'ABF: les bibliothèques mobilisées pour défendre les droits culturels des citoyens
Lionel Dujol, secrétaire adjoint de l'ABF, a ouvert ce 61e congrès en affirmant qu'il était plus difficile de se connecter à internet dans une bibliothèque que dans un fast-food. Profitant de cette dénonciation du recul des droits culturels des citoyens au sein d'un environnement numérique, l'ABF a présenté sa Charte du droit fondamental des citoyens à accéder et à partager l'information et les savoirs par les bibliothèques.
Cette charte servira à réaffirmer le rôle des bibliothèques dans le développement de l'éducation, de l'innovation, de l'inclusion sociale et de la citoyenneté à une époque où le travail est plus difficile à cause d'un cadre juridique peu adapté aux bibliothèques.
Composée de 8 points fondamentaux comme le droit d'accéder librement et sans discrimination à toutes les cultures et à une information plurielle, elle veut valoriser ces lieux publics d'accès au savoir, à la culture, à la formation et à l'échange de pratiques sur l'innovation.
Les bibliothèques qui s'inscriront dès la fin du mois de juin se verront attribuer par le comité Bib'lib, un label témoignant d'une cote d'appréciation (bronze, argent ou or) et un kit de communication pour promouvoir leur degré d'implication dans la mise en œuvre des principes de la charte.
Ce label sera ajusté, voire retiré, selon l'évaluation des efforts des établissements.
Par Clémence Jost, publié le 12 juin 2015
Source : http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2015/06/12/charte-abf-bibliotheques-mobilisees-defendre-droits-culturels
Par Richard Demers

La BNF, le WiFi et les syndicalistes électrosensibles

Aéroports de Montréal s’est associé à l’Association des libraires du Québec et BAnQ pour offrir une bibliothèque numérique de 35 titres d’auteurs québécois à l’aéroport Montréal-Trudeau.
Les voyageurs peuvent télécharger le premier chapitre des livres sur leur téléphone, tablette ou liseuse et emprunter ensuite le livre sur le portail de BAnQ ou l’acheter. Cette initiative fait suite à la mise sur pied du projet en 2013 dans les autobus et le métro.
Il existe également des tensions au quotidien dans les bibliothèques causées par des mésententes diverses entre usagers.
Par Hughes Serraf, publié le Mardi 14 juin 2015
Source : http://www.atlantico.fr/rdv/zone-franche/bnf-wifi-et-syndicalistes-electro-sensibles-2192687.html
Par Richard Demers


Ottawa construira une nouvelle bibliothèque centrale
Le conseil d'administration de la Bibliothèque d'Ottawa a approuvé un plan pour la nouvelle bibliothèque proposé par les consultants. Le projet de 86 millions de dollars sera construit sur la rue Wellington, à l'ouest de l'avenue Bronson.
Malgré les critiques, le maire Watson, qui souhaite sa construction avant la fin de son présent mandat en 2018, explorera la possibilité d'un partenariat avec le privé. Après l'étude des propositions, le conseil municipal devrait voter le 8 juillet prochain.
Publié le 10 juin 2015
Par Richard Demers

Les librairies menacées par le prêt d'ebooks en bibliothèque

librairiesmenacées
Crédit photo site http://www.archimag.com
Une étude démontrant que le prêt à distance d'ebooks diminuerait la fréquentation publique en bibliothèque touche durement aussi les librairies.
L'étude sur le prêt à distance de livres numériques en bibliothèque commandée par plusieurs associations britanniques d'auteurs, d'éditeurs, de libraires et bibliothécaires donne un résultat qui les inquiète.
Sur les 95 % des usagers des 4 réseaux de bibliothèques sondées qui déplorent l'offre trop restreinte de livres numériques, 40 % n'iront probablement pas s'en procurer en librairie et 31 % ne voient pas l'intérêt de payer pour une acquisition de ce genre.
Publié le 8 juin 2015
Source : http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2015/06/08/libraires-menac%C3%A9s-pret-ebooks-bibliotheque
Par Richard Demers


Les bibliothécaires américains se réjouissent du coup porté à la NSA
L'Americain Library Association (ALA) rapportait le progrès que démontre l'USA Freedom Act qu'a adopté récemment le Sénat américain. Le présent texte de loi concernant les données relatives aux communications téléphoniques réduit les possibilités d'agir de la National Security Agency (NSA).
L'agence a six mois pour s'y conformer. Elle devra pouvoir expliquer la pratique de chacune de ces collectes de données.
Même si les associations de défense des libertés civiles déplorent la faiblesse du texte par rapport aux capacités de surveillance de la NSA, le président Obama semble en être satisfait.
Publié le 3 juin 2015
Source : https://www.actualitte.com/article/monde-edition/l-american-library-association-se-rejouit-d-une-meilleure-protection-de-la-vie-privee/58778
Par Richard Demers

La vente de la bibliothèque Saint-Sulpice suspendue
bibSaintSulpice
Hélène David, la ministre de la Culture, a annoncé la suspension de la vente de la bibliothèque Saint-Sulpice. Le ministère mettra plutôt sur pied, conjointement avec la ville de Montréal, un comité de travail qui analysera les opportunités de faire revivre le bâtiment historique et d'assurer sa pérennité. Ces objectifs correspondent aux préoccupations du gouvernement, assure madame David, malgré les dénonciations qui ont suivi une intention de vendre sans annonce explicite ni souci de l'impact public.
Selon Philip Proulx, attaché de presse de la ministre, le gouvernement tente la réalisation de divers projets concernant la bibliothèque depuis 10 ans, mais sans succès.
Le maire de Montréal, Denis Coderre, a proposé la formation du comité. Auparavant, la ville de Montréal n'avait donné aucune réponse aux sollicitations du gouvernement à propos de son acquisition.
Par Marie-Michèle Sioui - Publié le 24 mai 2015
Source : http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201505/24/01-4872154-la-vente-de-la-bibliotheque-saint-sulpice-suspendue.php
Par Richard Demers

La bibliothèque Saint-Sulpice, un musée d'histoire naturelle?
Le Musée de paléontologie et de l'évolution, dirigé par un de ses fondateurs, Mario Cournoyer, a manifesté de l'intérêt pour la bibliothèque de Saint-Sulpice.
Présentement situé dans le quartier Pointe-Saint-Charles à Montréal, on recherche un lieu permanent plus accessible au grand public. Le musée compte 60 000 fossiles provenant du territoire québécois. En entrevue à l'émission Les années lumières, Ha-Loan Phan, biologiste et membre du conseil d'administration du musée, a suggéré l'utilisation du bâtiment patrimonial de la rue Saint-Denis.
Richard Cloutier, professeur émérite de l'Université du Québec à Rimouski et chercheur en paléontologie reconnu mondialement, affirme qu'un tel musée est nécessaire compte tenu de l'importance insatisfaisante accordée à la culture scientifique.
Par Marianne Desautels - mise à jour le 29 mai 2015
Source : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/05/29/004-bibliotheque-saint-sulpice-musee-histoire-naturelle.shtml
Par Richard Demers

Lancement de Mazarinum, la bibliothèque numérique de la Biliothèque Mazarine
Mazarinum
Crédit photo site http://www.archimag.com
La bibliothèque publique Mazarine, la plus ancienne de France, vient de lancer son pendant numérique sur le web : Mazarinum. Ce dernier contiendra des incunables, des manuscrits et des archives rassemblés par les bases Gallica et Europeana. Un exemplaire original de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert est également en cours de numérisation.
Riche d'une collection de 600 000 volumes, de 2400 incunables du 15e au 19e siècle, de 5000 manuscrits, de confiscations révolutionnaires et d'échanges avec la bibliothèque royale, maintenant nationale, Mazarine pourra enrichir régulièrement sa collection numérique. Elle couvrira plus d'un millénaire d'histoire.
Par Clément Jost - Publié le 27 mai 2015
Source : http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2015/05/27/bibliotheque-mazarine-mazarinum-bibliotheque-numerique
Par Richard Demers

La bibliothèque Le Prévost remporte le mérite Ovation municipale pour son offre de service adaptée aux personnes sourdes et malentendantes
Le 23 mai dernier, une soirée de gala « Le mérite ovation municipale » avait lieu au Palais des congrès de Montréal. Dans la catégorie Culture, patrimoine et interculturalité, le prix a été remis à l'arrondissement Villeray--Saint-Michel--Parc-Extension pour le projet « Pour une bibliothèque adaptée aux besoins des personnes sourdes et malentendantes » de la bibliothèque Le Prévost.
Maire de l'arrondissement, madame Anie Samson partageait sa fierté de contribuer, avec les membres de son conseil, à faire de Montréal une ville inclusive et accessible. Elle espère encourager d'autres municipalités à adapter les services aux besoins particuliers de sa population.
C'est l'embauche de Marc-André Bernier, le premier bibliothécaire sourd au Québec en 2013, qui a permis d'accueillir les personnes sourdes et malentendantes, de leur faire connaître les services et découvrir les collections par la langue des signes québécoise. De plus, un interprète présent aux activités intègre cette partie de la communauté à la programmation régulière, autre objectif du projet. La participation aux activités a augmenté de 88 %.
On retrouve dans le quartier Villeray plusieurs organisations offrant des services aux personnes sourdes et malentendantes. Grâce au projet de la bibliothèque Le Prévost, la fréquentation de ces personnes à la bibliothèque a bondi de 320 %. Le Mérite Ovation souligne le travail des municipalités derrière l'originalité des services apportant des solutions aux besoins de leurs citoyens. La bibliothèque Le Prévost s'était vu remettre le prix Innovation dans les services documentaires du Québec pour le même projet lors du Congrès des milieux documentaires en 2014. Publié le 25 mai 2015
Source : http://www.newswire.ca/fr/story/1542583/la-bibliotheque-le-prevost-remporte-le-merite-ovation-municipale-pour-son-offre-de-service-adaptee-aux-personnes-sourdes-et-malentendantes
Par Richard Demers

Une première à Montréal : 22 M$ pour bâtir une bibliothèque inter-arrondissement
Une bibliothèque inter-arrondissement desservant les résidents de la partie est de Montréal-Nord et ceux de Sault-au-Récollet (l'ouest d'Auntsic-Cartierville) sera construite sur un terrain du boulevard Henri-Bourassa au coût de 22 millions de dollars.
Annoncé depuis mai 2014, le bâtiment accueillera la bibliothèque Belleville, présentement au sous-sol du parc Belleville, fréquentée déjà par la population des arrondissements concernés. Elles se partageront 20 % de la facture. Le reste sera financé équitablement par la ville de Montréal et le ministère de la Culture.
Préconisant les établissements entre plusieurs arrondissements pour combler le manque de bibliothèques dans la métropole (il en faudrait une dizaine de plus), c'est le premier projet du genre à la ville de Montréal.
Une consultation des écoles, des CHSLD, des résidences de personnes âgées et de citoyens susceptibles de fréquenter cette bibliothèque a été menée et pourrait se poursuivre dans le but d'une élaboration avancée du projet.
Le concours d'architecture sera lancé au début de 2016. On prévoit l'inauguration pour 2020.
Le Programme de rénovation, d'agrandissement et de construction de bibliothèques de la ville de Montréal, mis en place il y a sept ans, a permis l'investissement de 96 M$ dont ont profité les bibliothèques Le Boisé (arrondissement Saint-Laurent), Marc-Favreau (Rosemont-La Petite-Patrie), Saul- Bellow (Lachine) et le Centre Benny (Côte-des-Neiges -- Notre-Dame-de-Grâce).
Par Amine Esseghir
Source : http://journalmetro.com/local/ahuntsic-cartierville/actualites/793606/une-premiere-a-montreal-22-m-pour-batir-une-bibliotheque-inter-arrondissement/
Par Richard Demers

Inauguration de la bibliothèque de l'école des Vallons — Une métamorphose éclatante
Le 26 mars dernier, les élèves et le personnel de l'école des Vallons ainsi que tous les collaborateurs ont inauguré leur nouvelle bibliothèque métamorphosée.
Cette transformation a été conçue et réalisée avec l'implication des parents, des enseignants, de la direction et, bien sûr, des élèves qui ont eux-mêmes participé à son élaboration en suggérant des améliorations, compte tenu des critiques que leur inspirait l'ancienne bibliothèque.
Pour faire suite à une demande des enseignants, chaque élève devait identifier une de ses qualités entrepreneuriales et en choisir une autre qu'il désirait parfaire au cours du projet.
Des comités formés pour les encadrer à chacune des étapes, de la peinture au classement, les élèves s'occupaient à développer une valeur entrepreneuriale comme la solidarité, le sens des responsabilités, la persévérance ou la créativité.
Publié le 15 mai 2015
Source : http://www.csenergie.qc.ca/nouvelles/2015/05/inauguration-de-la-bibliotheque-de-l-ecole-des-vallons-une-metamorphose-eclatante.aspx
Par Richard Demers

Un script du film « La guerre des étoiles » découvert
L’université du Nouveau-Brunswick a entrepris la numérisation de sa collection de science-fiction et lors du processus, les bibliothécaires ont découvert le « quatrième brouillon révisé » du script du film « La guerre des étoiles » daté du 15 mars 1976, propriété de Lucasfilm Ltd. L’acquisition du document a été faite en 1990, mais les circonstances de l’acquisition restent un mystère. Malgré l’excitation du personnel de la bibliothèque, des experts indiquent que cette trouvaille n’est pas unique ou rare, car plusieurs scripts pour ce film existent, même sur Internet. En outre, il est possible que le script ne suscite pas l’intérêt des collectionneurs, parce qu’il est difficile de prouver l’authenticité du document trouvé. Néanmoins, le script sera exposé dans la bibliothèque principale de l’Université.
Publié par ‘Original Star Wars script discovered in University of New Brunswick library Aly Thomson’, The Canadian Press, le 8 juin 2015
Source : http://www.cp24.com/entertainment-news/movie-tv-news/original-star-wars-script-discovered-in-university-of-new-brunswick-library-1.2412318
Par Ekaterina Valkova

PPP et les bibliothèques publiques
Lors de la conférence annuelle de la Canadian Library Association (CLA) qui a eu lieu à Ottawa du 3 à 5 juin dernier, CUPE (Candian Union of Public Employees) a tenu une tableronde pour discuter de l’impact de la privatisation pour les bibliothèques publiques. On veut notamment explorer l’impact et le coût pour les communautés qui ont embrassé le modèle de PPP (Partenariat public-privé, ou P3) comme moyen de financement de l’infrastructure publique, incluant les bibliothèques. Quoiqu’appliqué dans d’autres secteurs, le P3 est un phénomène relativement récent pour les bibliothèques publiques. Les désavantages pour elles résident dans la perte de contrôle sur le bâtiment, des coûts d’exploitation élevés, du manque de transfert du risque vers le secteur privé qui peut entraîner des résultats négatifs, tel que prouvé par l’expérience avec des hôpitaux qui ont employé le P3. Quelques municipalités au Canada étudient l’option de P3, incluant Ottawa et Guelph. Les résultats des études à Ottawa ont démontré que seulement 11% des candidats des conseillers municipaux étaient en faveur du modèle P3 pour la bibliothèque. L’opinion prédominante considère les bibliothèques publiques comme des piliers des communautés, et en tant que telles, elles doivent rester publiques.
Publié par ‘Privatization: coming to a library near you’, le 8 juin 2015
Source : https://cupe.ca/privatization-coming-library-near-you
Par Ekaterina Valkova

Une entrevue avec le Président et PDG de la Bibliothèque publique de New York
Anthony Marx, Président et PDG de la bibliothèque publique de New York, a partagé ses idées et son expérience dans une entrevue pour la revue Forbes. Il a rappelé que les bibliothèques publiques de New York comptent 40 millions de visiteurs par an, ce qui représente une fréquentation plus élevée que celle de tous les musées, institutions culturelles et activités sportives mises ensemble. Les bibliothèques de New York se trouvent dans une période de transition sans précédent par rapport à ce qu’elles sont capables de faire et les outils à leur disposition. Selon A. Marx, l’époque du numérique représente la plus grande opportunité dans l’histoire des bibliothèques. La technologie d’aujourd’hui permet d’imaginer un monde de lecture et de recherche sans frontières. C’est un moment de renaissance des bibliothèques et la Bibliothèque publique de New York est parfaitement positionnée pour répondre aux défis. La bibliothèque est libre de la plupart des contraintes bureaucratiques ou politiques auxquelles sont confrontées d’autres institutions de cette envergue, si elle saisit l’opportunité et si elle trouve des partenaires, les possibilités de croissance et de développement sont infinies. La Bibliothèque de New York continue de raffiner la disponibilité numérique avec des éditeurs et des auteurs. Elle continue de développer les liens avec les écoles publiques de New York, avec des instituteurs de 600 écoles qui peuvent commander un maximum de 100 livres, livrés dans les salles de classe, pour appuyer leur processus d’enseignement. La Bibliothèque de New York offre à 10 000 foyers un accès Internet. Un autre programme dédié à la résolution du problème de fossé numérique, c’est le partenariat avec « Code Academy » qui offre des cours gratuits de codage.
Publié par ‘The 21st Century Library: A Conversation With NYPL's Anthony Marx’, 1 juin 2015
Source : http://www.forbes.com/sites/joshwolfe/2015/06/01/the-21st-century-library-a-conversation-with-nypls-anthony-marx/
Par Ekaterina Valkova

Licenciement des « bibliothécaires » à la Commission Scolaire Lester B. Pearson
LesterBPerson
Crédit photo site http://www.cbc.ca
Dix-huit bibliothécaires desservant 36 écoles élémentaires d’une des plus grandes commissions scolaires du Québec ont reçu un avis les informant que leurs postes seront éliminés. La commission scolaire Lester B. Pearson est en charge des écoles de Verdun jusqu’à l’ouest de l’ile de Montréal. Cette décision de la commission scolaire est dictée par des compressions budgétaires de 14 million de dollars. La représentante syndicale de l’union qui défend les bibliothécaires, Anita Nenadovich, a confirmé que pour quatre des 18 bibliothécaires, d’autres postes seront trouvés dans des écoles, car ces quatre bibliothécaires occupent des postes permanents à temps plein. Aucune décision n’est prise quant au sort des bibliothèques.
Publié par ‘Lester B. Pearson school board warns of librarian job cuts’, CBC News, le 28 mai 2015
NB: Il s'agit en fait de personnel de bibliothèque, plutôt que des bibliothécaires.
Source : http://www.cbc.ca/news/canada/montreal/lester-b-pearson-school-board-warns-of-librarian-job-cuts-1.3090910
Par Ekaterina Valkova

Des « bibliobus » hyper modernes à Ottawa
Les bibliothèques d’Ottawa viennent de lancer, le 3 juin dernier, un mini bibliobus à forte teneur technologique. Il intègre une imprimante 3D MakerBot Mini, un drone, des portables Chromebook, en plus d’offrir un accès Wi-Fi public. La fourgonnette présente aussi une sélection de documents disponibles en prêt pour les détenteurs de cartes. Pour plus de détails, consultez http://biblioottawalibrary.ca/bookmobile
Source : http://www.ottawacommunitynews.com/news-story/5674167-library-rolls-out-high-tech-mini-bookmobile-service/
Par Christian Lacroix

Obama dispose de plusieurs candidats pour remplacer Billington à la tête de la bibliothèque du congrès.
Seulement 10 présidents américains ont eu l’opportunité de nommer le bibliothécaire en chef du congrès. Le démissionnaire, Dr. James H. Billington, a tenu cet office pendant 28 ans et est maintenant âgé de 86 ans. La fin de son règne a été marquée par certaines critiques, particulièrement en ce qui a trait à la gestion des ressources humaines et des NTIC (projets de numérisation notamment).
Traditionnellement, il s’agit d’un mandat à vie, ce qui rend le choix d’autant plus difficile. Autre défi pour Obama, le sénat en majorité républicain doit approuver sa proposition, ce qu’ils font avec parcimonie.
La ALA recommande évidemment un candidat détenant une formation de bibliothécaire. Selon ce critère, les candidats probables sont Anthony Marx, président de la bibliothèque publique de New York; David Ferriero, l’archiviste officiel des États-Unis; ou encore Sarah Thomas, bibliothécaire de Harvard. Certains préconisent plutôt un candidat ayant fait ses preuves de gestionnaire à la tête de grandes administrations publiques, comme Drew G. Faust, président de l’Université de Harvard ou Amy Gutmann, présidente de l’Université de Pennsylvanie. D’autres noms ont été suggérés par des chercheurs ou bibliothécaires : Michael S. Roth, le président de Wesleyan; ou Amy E. Ryan, la présidente de la Bibliothèque publique de Boston; ou Paul N. Courant, l’ancien doyen et bibliothécaire à l’Université du Michigan; Carla D. Hayden, directrice de la Enoch Pratt Free Library à Baltimore; ou encore Douglas Brinkley, l’historien américain officiel.
Plusieurs pensent qu’il faudrait privilégier un candidat provenant du milieu des technologies, de la Silicon Valley, par exemple, comme cela a déjà été fait en nominant Megan J. Smith, une ancienne directrice chez Google, comme officière en chef des technologies au gouvernement américain. Même chose pour Mikey Dickerson, qui est venu à la rescousse du site HealthCare.gov.
Source : http://www.nytimes.com/2015/06/13/us/politics/many-choices-for-obama-in-replacing-james-billington-at-library-of-congress.html?_r=0
Par Christian Lacroix

La Bibliothèque Nationale de Médecine (NLM) aux États-Unis est appelée à remplir de nouveaux rôles
BibNationalMed
Crédit photo site http://news.sciencemag.org
Un comité d’experts soutient que la NLM doit devenir un « épicentre des données de recherche » pour l’ensemble des instituts nationaux en santé (NIH), sans toutefois abandonner ses programmes déjà en place. Parmi les recommandations, notons la prise en charge du projet BD2K de NIH, un programme de recherche visant à gérer de grands ensemble de données, et qui est censé croître en valeur de 100M$ par année. Également, le service ClinicalTrials.gov devrait servir à harmoniser les normes pour le partage international des données biomédicales.
C’est un soulagement pour ceux qui craignaient que le rapport recommande des coupures importantes, ou même une scission et un changement de nom. Il reste quand même plusieurs décisions à prendre, notamment quant au choix d’une nouvelle personne pour remplacer Donald Lindberg, qui vient de prendre sa retraite après 30 ans à la barre de l’institution.
Source : http://news.sciencemag.org/policy/2015/06/national-library-medicine-urged-take-broader-role
Par Christian Lacroix

La bibliothèque de Toronto ouvre sa 100ième succursale dans Scarborough
Construite juste à côté du Civic centre de Scarborough, ouvert en 1973, cette bibliothèque s’inscrit dans le cadre d’un important plan de revitalisation du quartier, élaboré en 2012. Des parcs viendront s’ajouter à l’ensemble qui vise à conserver un aspect naturel et qui rend compte du passé rural du secteur.
Source : http://www.thestar.com/life/2015/06/11/torontos-100th-library-in-the-heart-of-scarborough.html
Par Christian Lacroix

Les livrels d’Amazon scrutés dans une enquête anti-monopole de la Commission européenne.
Ce sont les accords de distribution de livrels avec les éditeurs qui sont visés par l’enquête. Des clauses obligeraient les éditeurs à transmettre à Amazon le contenu de leurs ententes avec des compétiteurs, ce qui nuit à leur compétitivité.
Rappelons qu’en novembre dernier, Amazon a réglé avec Hachette son litige quant au prix des livrels, mais que la compagnie américaine continue d’exiger une plus grande marge et un prix qui soit plafonné à 9,99$. La Commission européenne avait en outre forcé, en 2012, Apple et quatre grands éditeurs, incluant Hachette, à annuler leur accord de fixation des prix des livrels.
Source : http://www.theverge.com/2015/6/11/8764479/amazon-european-antitrust-investigation-ebooks
Par Christian Lacroix

La bibliothèque publique de Regina s’oppose à la censure, même pour la porno
BibRégina
Crédit photo site http://news.nationalpost.com
Citant comme arguments la difficulté de définir la porno, ainsi que le fait que des livres tels que 50 Shades of Gray contiennent des scènes aussi discutables que ce qu’on peut trouver en ligne, le conseil d’administration affirme que la résiliation du droit d’accès à l’information doit demeurer un dernier recours. Leur politique d’utilisation des ordinateurs de la bibliothèque indique que cela doit être fait d’une manière responsable, dans le respect des droits des autres usagers ainsi que d’éviter toute forme de diffamation ou de harcèlement.
Source : http://news.nationalpost.com/news/canada/regina-library-takes-a-stand-for-freedom-refuses-to-block-access-to-porn-on-library-computers
Par Christian Lacroix

Les écoles perdent plus qu’elles ne pensent avec les coupes de postes de bibliothécaires scolaires.
Interviews de bibliothécaires scolaires de Vancouver à Montréal, qui régissent aux vagues de coupures de postes au pays. Elles rappellent l’importance de leur rôle et leur volonté de se battre pour renverser ces décisions des commissions scolaires. Même avec la meilleure volonté du monde, les bénévoles ne peuvent offrir un service d’accompagnement aux élèves comparable à celui d’une bibliothécaire qui s’y consacre à plein temps. Rappelons que les coupures de postes dans ce milieu ne sont malheureusement pas un phénomène nouveau, mais on note une accélération depuis 2011. Juste pour comparer, le gouvernement de Croatie a passé une loi en 2008 exigeant que chaque école dispose d’une bibliothèque scolaire avec un bibliothécaire professionnel attitré.
Source : https://ca.news.yahoo.com/blogs/dailybrew/students-continue-to-lose-librarians-in-school-budget-cuts-across-canada-184326075.html
Par Christian Lacroix

La part du lion aux bibliothèques
Le bilan des cinq dernières années des dépenses municipales en culture se révèle plutôt positif avec une augmentation moyenne de 6,4% par année depuis 2009. Les dépenses des municipalités en matière de culture étaient en hausse de 4,1% par rapport à 2012 pour un montant de 878 M$, soit une contribution de 108,66$ par habitant. La contribution par habitant était de 88,48$ en 2009. C’est ce que révèle une enquête de l'Observatoire de la culture et des communications (OCCQ) de l'Institut de la statistique du Québec, publiée en mai dernier. Les bibliothèques récoltent la plus grosse part du gâteau avec 292,3 M$, soit 43,8% des dépenses. Deux autres secteurs reçoivent une part importante des dépenses, soit les Arts et lettres, avec 131 M$ pour 19,6% des dépenses et Patrimoine, art public et design, avec 115,6 M$ pour 17,3% des dépenses. Les festivals et événements culturels représentent un pourcentage de seulement 6,2%.
Les salaires et avantages sociaux comptent pour 44,9% (300 M$) des dépenses en services rendus faites en matière de culture par l'ensemble des municipalités du Québec. Les municipalités ont dépensé 55,1 M$ en cachets d'artistes et honoraires et 98,2 M$ en subventions octroyées à des organismes culturels.
Quelle que soit la taille des municipalités, les déboursés pour la culture sont en grande partie payés par les impôts fonciers et les taxes municipales (83,7%) et par le produit de la vente de biens et services (tarification) (7,7%).

Par Christian Lacroix

Un guide complet par et pour les professionnels
Le périodique français Archimag vient de publier un guide intitulé : "Bibliothèques : les nouveaux modèles". Rédigé par des professionnels du milieu, ce document de 98 pages est composé de quatre parties distinctes. La première dresse un état des lieux et perspectives des établissements d'aujourd'hui ("le point"). Ensuite, on s'attache à présenter l'extension des contenus numériques proposés ("l'offre"), ainsi que l'évolution du travail de médiation ("l'accueil"). Enfin, la dernière partie de ce guide est consacrée au matériel et aux solutions logicielles à la disposition des professionnels ("les outils"). De quoi s'informer sur la situation des bibliothèques publiques et universitaires françaises d'aujourd'hui et appréhender dans leur ensemble la somme des questionnements et des transformations qu'elles connaissent.
Source : http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2015/05/13/bibliotheques-sortie-guide-complet-par-pour-professionnels
Par Christian Lacroix

Carnets de croquis du monde entier dans la Brooklyn Art Library
Sobrement intitulé « The Sketchbook Project World Tour », un nouveau livre paru aux éditions Princeton Architectural Press retrace le périple de la Brooklyn Art Library. Alors que les expositions d’amateurs ou de professionnels sur des réseaux comme Tumblr et Instagram sont légion, la particularité de ce projet est de travailler en analogique. Ainsi, les artistes qui tombent sur le site du Sketchbook Project peuvent demander un carnet de croquis vierge, que les organisateurs se feront un plaisir de leur faire parvenir. Ils ont alors pour mission de le remplir de pensées et réflexions, grâce à des supports variés : bande dessinée, portraits, textes, collages... Une fois le carnet rempli, leurs œuvres deviennent partie intégrante du projet. Les bibliothécaires ajoutent un code-barres et archivent chaque carnet en fonction de mots‐clés spécifiques. Les visiteurs peuvent alors feuilleter ces carnets, et découvrir les œuvres d’artistes du monde entier.
Le Sketchbook Project a vu le jour en 2006 à Atlanta (Géorgie) avant de s’établir à New York trois ans plus tard. La Brooklyn Art Library, installée dans le quartier de Williamsburg, accueille en résidence des artistes venant de Croatie, d’Argentine, d’Afrique du Sud, du Japon et d’autres pays encore.
Source : http://www.huffingtonpost.fr/2015/05/09/bibliotheque-originale-sont-rassembles-carnets-croquis-monde-brooklyn-art-library_n_7230228.html
Par Christian Lacroix

Les mauvais millions : critique du dernier Plan d’action sur le livre.
Jean Barbe signe un éditorial intéressant, où il soutient que le Plan d’action sur le livre, présenté récemment par la ministre de la culture, Hélène David, soutient l’industrie du livre plutôt que les citoyens. On y a oublié les lecteurs. En effet, les coupures dans notre système d’éducation vont perpétuer la masse d’analphabètes fonctionnels de la Belle Province, qui composent près de 50% de la population. Si la lecture de livres se porte mal, ce n’est pas à cause du manque de bons auteurs ou de titres de qualité, mais bien par manque de lecteurs.
Source : http://www.journaldemontreal.com/2015/05/03/les-mauvais-millions
Par Christian Lacroix

Un manuscrit remis par Margaret Atwood à la Future Library ne sera pas lu avant 100 ans.
Margaret Atwood est la première auteure à avoir remis un manuscrit inédit dans le cadre d’un projet qui consiste à conserver l’ouvrage à l’abri des regards pour les prochains 100 ans. Dans le cadre de ce projet d’envergure internationale, à chaque année, un auteur versera un nouveau texte non publié à la collection de la Future Library à Oslo. Les œuvres seront conservées sous scellés jusqu’en 2114, date à laquelle 1000 arbres plantés pour le projet seront coupés afin de fournir le papier servant à publier les ouvrages. L’artiste écossaise Katie Paterson, initiatrice du projet, a réalisé le design de la salle où les œuvres seront conservées à la New Deichmanske Public Library d’Oslo. La nouvelle salle sera ouverte au public en 2018. Les organisateurs doivent annoncer le nom du prochain auteur sous peu.
Source : The Canadian Press, Victoria Ahearn, 26 mai 2015
http://www.theglobeandmail.com/arts/books-and-media/margaret-atwood-submits-manuscript-to-future-library-wont-be-read-for-100-years/article24624453/
Par Louise Struthers

Les bibliothèques pourraient survivre à l’Internet, selon Roly Keating, patron de la British Library
« Cessez de vous inquiéter de la survie des bibliothèques à l’ère numérique », affirme Roly Keating, le patron de la British Library. Selon lui, les bibliothèques vont vivre plus longtemps que l’Internet et pourraient s’avérer être le réseau le plus puissant et le plus résilient à ce jour. M. Keating insiste sur la place vitale qu’occupent les bibliothèques dans la communauté et leur rôle prépondérant comme vecteur d’information à l’ère numérique.
M. Keating avoue avoir été étonné que tant de personnes se questionnent sur la place des bibliothèques dans la société à l’époque des téléphones intelligents et des moteurs de recherche. Il reconnaît qu’il s’agit d’une question sérieuse mais estime qu’il s’agit en fait d’une fausse contradiction. Les gens parlent des valeurs traditionnelles que représente la bibliothèque et certains croient que ces valeurs seront remplacées par d’autres centrées sur l’ouverture et le monde virtuel. M. Keating croit fermement que la bibliothèque conjugue ces deux visions.
Au sujet des moyens pour que la bibliothèque s’épanouisse dans un monde obsédé par l’Internet, le patron de la British Library souligne la force des réseaux mondiaux dédiés à la préservation de l’information. Selon lui, les bibliothèques se positionnent pour une certaine forme de liberté de pensée et favorisent l’étude individuelle dans un espace public. Ce sont des lieux sécuritaires qui peuvent jouer un rôle vital dans les communautés les plus pauvres. L’essentiel est de continuer à y croire.
Source : The Telegraph, Hannah Furness, 25 mai 2015
http://www.telegraph.co.uk/culture/hay-festival/11627276/Libraries-could-outlast-the-internet-head-of-British-Library-says.html
Par Louise Struthers

Comment la bibliothèque publique de Vancouver demeure pertinente dans une ville de plus en plus diversifiée
Sandra Singh, bibliothécaire en chef de la bibliothèque publique de Vancouver, annonçait récemment l’ouverture d’un Inspiration Lab à sa succursale principale. Il s’agit d’un espace de création numérique qui permet aux usagers de la bibliothèque d’éditer des films et des photographies, de créer de la musique ou de réaliser des entrevues. Dans le cadre de l’entrevue, Mme Singh a abordé la nécessité de s’adapter à la diversité culturelle grandissante de la ville. Puisque les films sont un élément-clé de la collection multilingue de la bibliothèque, Mme Singh espère développer un service de visionnement en ligne semblable à ce qui se fait dans le milieu de la musique.
La bibliothèque publique de Vancouver offre des documents dans 17 langues dont l’anglais et le français. Cependant, il devient de plus en plus difficile pour le personnel des 22 succursales de maximiser l’usage de cette collection depuis que le gouvernement fédéral a éliminé l’obligation de remplir le questionnaire long du recensement, qui fournissait des données approfondies sur les différents quartiers de la ville. L’absence de données a un impact sur la programmation interculturelle des diverses succursales.
Cette perte d’information est également ressentie par les gouvernements municipaux de toute la région.
Source : Charlie Smith, 22 mai 2015

Par Louise Struthers

La bibliothèque publique de Vancouver inaugure son Inspiration Lab
Le Inspiration Lab, ce nouvel espace de 7500 pi2 dédié aux médias numériques, a officiellement ouvert ses portes à la succursale centrale de la bibliothèque publique de Vancouver dans le cadre du 20e anniversaire de l’institution. Le laboratoire, créé au coût de 600 00$, répondait à un désir de la communauté d’avoir accès à des outils technologiques et de pouvoir apprendre à les utiliser. L’espace, financée à l’aide de fonds municipaux et de dons du public, est accessibles gratuitement. Le laboratoire comprend des cabines insonorisées, un studio de son, un écran vert et des applications numériques. Il comprend également du matériel de conversion analogue-numérique et un espace dédié aux enfants. Mme Singh estime que ce nouvel espace permet à la population de partager ses projets avec les autres membres de la communauté.
Source : Vancouver Courier, Shannon Lynch, 7 mai 2015
http://www.vancourier.com/news/vancouver-public-library-unveils-inspiration-lab-1.1927977
Par Louise Struthers

Vous voulez devenir un bibliothécaire spécialisé en technologies émergentes?
Une nouvelle carrière se dessine pour les bibliothécaires passionnés de technologies : le bibliothécaire spécialisé en technologies émergentes, plus particulièrement dans le monde de l’éducation. Aider les autres à développer leur littératie numérique fait d’ailleurs partie des tâches de ce bibliothécaire nouveau genre. Ce nouveau type d’emploi permet aux bibliothécaires férus de technologies de l’information de découvrir de nouveaux moyens de communiquer avec les étudiants et avec l’ensemble des facultés d’un campus universitaire. Rochelle Mazar, seule bibliothécaire à occuper ce nouveau poste il y a cinq ans, explique que la description de tâches est presque entièrement développée sur la base de projets. Mme Mazar souligne que ses « deux objectifs consistaient à réduire la peur face aux technologies et à rendre l’utilisation des technologies la plus simple possible. »
Il n’est pas nécessaire de détenir un diplôme en génie ou en informatique pour occuper un tel emploi. Par contre, il faut être passionné et être prêt à tester des technologies et de nouvelles plateformes. Il est également recommandé d’être visible en ligne au sein de diverses communautés web. Lancez-vous et vous deviendrez peut-être l’un des quelques bibliothécaires au pays spécialisés en technologies émergentes.
Source : Jasleen Singh, 22 mai 2015
http://www.universityaffairs.ca/career-advice/career-advice-article/so-you-want-to-be-an-emerging-technologies-librarian/
Par Louise Struthers

Est-ce la bibliothèque la plus isolée au monde? Un architecte chinois crée l’ultime espace de lecture avec une bibliothèque de 5000 p2 sur une plage reculée, loin de tout

BibIsolée

Crédit photo site http://www.dailymail.co.uk
Relaxer sur une plage avec un livre est une activité populaire auprès des vacanciers. Des architectes chinois se sont inspirés de ce concept pour créer la Sanlian Public Library sur les plages reculées de Qinhuangdao City. La bibliothèque la plus isolée de Chine est accessible uniquement à pied puisqu’aucune route ne s’en approche. Récemment ouverte, cette bibliothèque installés près de la mer s’avère déjà très populaire et attire des visiteurs de partout au pays. L’édifice a été conçu pour dégager une impression de silence similaire à celle des plages reculées. De plus, plusieurs puits de lumière permettent de profiter de la lumière naturelle tout au long de la journée.
Source : Mailonline, Kate Pickles et Edward Chow, 14 mai 2015
http://www.dailymail.co.uk/news/peoplesdaily/article-3081403/Is-world-s-loneliest-library-Chinese-architect-creates-ultimate-quiet-reading-space-5-000-square-foot-library-miles-secluded-beach.html
Par Louise Struthers


Darnton, bibliothécaire universitaire de Harvard, quittera son poste cet été
Robert C. Darnton, bibliothécaire de l’université Harvard se retire après huit ans à la tête du réseau des bibliothèques de l’université. Son départ suit une période de changements majeurs dans le réseau des bibliothèques. Sous son règne, l’université a centralisé l’organisation de ses bibliothèques et a créé un portail unique pour accéder à ce vaste réseau. M. Darnton quitte avec la satisfaction d’avoir réussi à rendre le réseau en bonne santé. Un des principaux projets de M. Darnton a été de créer la Digital Public Library of America, qui vise à numériser et rendre accessible au public la collection académique de l’université Harvard et d’autres universités. Après avoir quitté ses fonctions, M. Darnton espère continuer à travailler sur un livre qui serait un hybride entre le livre imprimé et le livre numérique. Il compte ainsi produire une version imprimée de son ouvrage, mais publier également en ligne dans l’espoir d’arriver à intégrer les deux mediums de façon efficace.
Source : The Crimson, Andrew M. Duehren, 13 mai 2015
http://www.thecrimson.com/article/2015/5/13/university-librarian-stepping-down/
Par Louise Struthers

Ce que tout bibliothécaire doit savoir à propos de HTTPS
Les bibliothécaires comprennent que pour donner accès à l’information, il est essentiel de protéger la vie privée de ses usagers. Ils considèrent d’ailleurs qu’il est de leur devoir d’assurer l’accès aux livres, spécialement aux livres mis à l’index. Aux États-Unis, cette protection fait d’ailleurs partie intégrante du 1er amendement de la Constitution. Par le passé, les bibliothécaires se sont battus pour préserver la vie privée de leurs usagers. Encore récemment, ils ont choisi de ne pas conserver le dossier de lecture des usagers après que les documents aient été retournés pour éviter que le gouvernement utilise cette information contre les abonnés des bibliothèques. Cependant, la protection des dossiers ne suffit plus. Au cours des deux dernières années, la National Security Agency aurait observé la consultation des données sur le site des bibliothèques publiques. Il existe une solution pour éviter une telle atteinte à la vie privée : HTTPS. Utilisé au départ pour protéger les numéros de cartes de crédit et les mots de passe, son utilisation s’étend maintenant au domaine des informations non financières. Dans le cadre de la semaine Choose Privacy Week, cinq recommandations sont offertes aux bibliothécaires :
- Utiliser HTTPS sur l’ensemble du site Internet de la bibliothèque pour sécuriser toute l’information disponible;
- Installer des navigateurs plus sécuritaires sur les postes informatiques, tels que Google Chrome ou Firefox qui supportent plusieurs extension relatives à la sécurité et à la vie privée;
- Utiliser l’extension HTTPS Everywhere pour vos navigateurs afin que des espions ne puissent intercepter les recherches effectuées par des usagers sur des sites externes;
- Exiger HTTPS auprès de vos fournisseurs de livres numériques afin de vous assurer que les fournisseurs envoient des informations cryptées
- Utiliser Open Wireless afin de fournir un accès Internet à toute la communauté.
Protéger l’accès à l’information demeure un rôle essentiel du bibliothécaire qui doit constamment faire face à des défis pour conserver cet accès. Le bibliothécaire doit être à l’affût et poser les gestes nécessaires pour protéger la vie privées de ses usagers.
Source : Jacob Hoffman-Andrews, 6 mai 2015
https://www.eff.org/deeplinks/2015/05/what-every-librarian-needs-know-about-https
Par Louise Struthers

Une vision pour la New York Public Library
La New York Public Library, avec ses 92 succursales, 12 000 appareils et 85 spécialistes en informatique, est au cœur d’une transformation culturelle qui est ancrée sur l’infonuagique. La directrice technique de la bibliothèque publique de New York a partagé sa vision pour son institution, plus particulièrement ses opinions sur la numérisation, l’infonuagique et le stockage de données. Selon elle, la raison d’être des bibliothèques de demain sera d’agir comme des médiateurs entre les clients et la technologie, via la technologie. Les éléments-clés de son discours ont été :
- Le virage, depuis 2012, vers les applications « Workday » pour les modules de la gestion des ressources humaines et financières.
- Évaluation des fournisseurs du nuage : il faut privilégier des fournisseurs dont les équipes sont composées de jeunes spécialistes qui sont nés avec cette technologie. Ils sont mieux outillés, surtout s’ils font partie d’une équipe de gens ayant de bonnes capacités techniques et forts en gestion.
- La viabilité des suites dans le nuage. Les interfaces de la programmation des applications peuvent être développées davantage dans le nuage.
- En plus de « Workday », la bibliothèque publique de New York utilise Google Apps et Service Now. Elle est en processus d’évaluation des systèmes de gestion des relations avec les clients afin d’adopter le meilleur progiciel.
- L’avenir de la bibliothèque : le besoin en système de Gestion de la relation client (GRC) témoigne de l’évolution de la bibliothèque. Une bibliothèque doit penser aux clients dans un sens large du mot, ce qui inclut l’expérience des clients en ligne et sur place. Les bibliothèques deviennent des sanctuaires de formation, des ateliers et des programmes culturels, des apprentissages en affaires et en technologie, sans pour autant négliger leur rôle de préservation des documents et des lieux de recherche.
- La bibliothèque de New York possède un centre de données et un entrepôt pour la préservation des documents imprimés et numériques. Elle utilise les services Web de Amazon pour son infrastructure Web, mais le stockage des documents numériques se fait sur place. Cette approche hybride s’impose à cause du modèle de financement de la bibliothèque. La ville de New York ne veut pas allouer du budget pour le stockage des données dans le nuage parce qu’il ne s’agit pas d’une dépense capitale.
Publié par : ‘New York Public Library CTO Aboyoun on cloud, storage, future of the library’, Larry Dignan, le 4 juin 2015
Source : http://www.zdnet.com/article/new-york-public-library-cto-aboyoun-on-cloud-storage-future-of-the-library/
Par Ekaterina Valkova